Les médecins recommandent depuis longtemps aux personnes souffrant de gaz et de ballonnements de faire de l’exercice, présumant que le mouvement aide à faire passer les gaz. En 2005, une étude de petite envergure menée en Espagne, rapportée dans l’American Journal of Medicine, a démontré qu’il s’agit là d’un conseil judicieux.

Dans cette étude, huit adultes en santé (très braves!) se sont fait injecter un mélange gazeux dans l’intestin grêle et insérer un cathéter dans le rectum pour recueillir et mesurer les gaz expulsés. Les chercheurs ont mesuré combien de gaz étaient expulsés pendant que les participants se reposaient et pendant qu’ils pédalaient sur un vélo d’exercice modifié.

Les participants ont expulsé 10 % de moins de gaz que la quantité qui avait été injectée pendant une période de repos de deux heures, mais ont expulsé plus de gaz que la quantité injectée pendant qu’ils faisaient de l’exercice. Puisque nos corps produisent des gaz comme sous-produits de la digestion, les gaz additionnels expulsés proviendraient de cette source.

Bien qu’il ne soit pas clair pourquoi l’exercice aide, les chercheurs laissent entendre que la pression accrue dans l’abdomen pendant l’exercice pourrait être l’un des principaux facteurs.

Cette étude comprenait seulement des adultes en santé, et il faudrait faire plus de recherches pour voir si des personnes atteintes du syndrome de l’intestin irritable (SII) qui souffrent davantage de ballonnements, et qui sont plus sensibles à la douleur intestinale, réagissent de la même façon à l’exercice.


Publié pour la première fois dans le bulletin The Inside Tract® numéro 153 – Janvier/Février 2006