Bien que les voyages soient une activité excitante, ils peuvent se révéler très stressants pour ceux qui souffrent de troubles gastro-intestinaux comme la maladie inflammatoire de l’intestin (MII). La personne aux prises avec la MII doit veiller à avoir accès à une toilette en tout temps et à se prémunir contre les réactions négatives éventuelles aux aliments nouveaux et différents. Ce problème prêtant à confusion, plusieurs personnes souffrant de la MII se demandent si cette maladie ne leur fait pas courir un risque accru de contracter d’autres maladies à l’étranger. Or, de nouveaux éléments de preuve montrent qu’il n’en serait rien.1

Une étude récente a révélé que si les personnes atteintes de la MII sont plus souvent malades que le reste de la population lors de voyages dans une région industrialisée, elles affichent un niveau égal à celui des autres lors de voyages dans les pays tropicaux ou en développement. Les chercheurs expliquent que ces personnes sont plus souvent malades dans les endroits industrialisés parce qu’elles éprouvent régulièrement des poussées actives de la MII, contrairement aux autres individus. Cependant, lors de voyages dans les pays en développement, elles ne sont pas plus sujettes à contracter d’autres types de maladie que les autres.

L’étude a fait appel à 222 patients atteints de la MII et à 224 sujets témoins, dont le total combiné de voyages s’est élevé à 1 099. Les chercheurs ont constaté que les patients atteints de la MII ont été malades au cours de 15,1 % de leurs voyages, alors que les sujets témoins ont été malades seulement au cours de 10,9 % de leurs voyages. Toutefois, lorsqu’ils ont examiné les statistiques visant uniquement les voyages dans les régions tropicales et en développement, ils ont constaté que les sujets témoins ont, en fait, été plus souvent malades (21 % des voyages dans ces régions par rapport à 17 % pour les patients atteints de la MII).

Cela signifie peut-être que les patients atteints de la MII font déjà preuve de vigilance par rapport à la consommation d’aliments et à leur état de santé général, ce qui les aiderait à éviter de contracter des maladies transmissibles lors de voyages. Bon voyage!


Publié pour la première fois dans le bulletin Du coeur au ventreMC numéro 182 – 2012
1. Ben-Horin S et al. Travel-Associated Health Risks for Patients With Inflammatory Bowel Disease. Clinical Gastroenterology and Hepatology. 2012;10:160-5.