L’hépatite C est actuellement l’infection la plus dangereuse en Amérique du Nord

Passez des tests de dépistage de l’hépatite C!

Nos voisins du Sud

Le mercredi 4 mai 2016, le Centre de prévention et de contrôle des maladies des États-Unis (CDC) a annoncé1 que les infections à l’hépatite C aux É.-U. causent plus de décès que 60 autres maladies infectieuses combinées. Cette liste comprend des infections sérieuses telles que celle au VIH, la maladie pneumococcique et la tuberculose.

En 2014 seulement, 19 659 Américains sont décédés d’infections à l’hépatite C. Bien que 3,5 millions d’individusaux É.-U. soient actuellement atteintes d’hépatite C, le CDC affirme qu’environ 50 % ne sont pas conscientes d’être touchées par cette affection potentiellement mortelle. Cela est regrettable puisque l’hépatite C peut être traitée, son taux de guérison atteignant 90 % après un traitement de 12 semaines. En l’absence de traitement, l’hépatite C peut donner lieu à une cirrhose, à une inflammation du foie, au cancer du foie et à d’autres complications.

 

Hépatite C : une infection silencieuse

Jusqu’à 350 000 Canadiens pourraient être atteints d’hépatite C, bon nombre d’entre eux sans même le réaliser et continuant donc de transmettre le virus. Bien qu’il existe un vaccin pour prévenir la propagation des virus de l’hépatite A et de l’hépatite B, il n’y a pas de vaccin pour prévenir l’infection à l’hépatite C. La bonne nouvelle c’est que grâce à de nouveaux traitements, l’hépatite C est devenue une maladie guérissable.

Le foie est le plus gros organe interne plein du corps et est responsable de fonctions vitales telles que filtrer le sang, métaboliser les nutriments et les substances trouvées dans les médicaments, emmagasiner l’énergie et même synthétiser des protéines qui aident le sang à coaguler lorsque l’on saigne. Bien que le foie ait la capacité de se réparer lui-même, il est quand même susceptible aux dommages provenant de nombreuses sources y compris les virus, les toxines, les affections héréditaires et même parfois notre propre système immunitaire.

L’hépatite C se manifeste comme une infection aiguë et bien que certaines personnes pourront éliminer le virus par elles-mêmes, la plupart — environ 75 % — développeront une hépatite C chronique. Le danger avec l’hépatite C, c’est que de nombreuses personnes qui en sont atteintes ne présentent aucun symptôme ou encore des symptômes non spécifiques tels qu’une légère fatigue ou un malaise de l’abdomen. Après de nombreuses années aux prises avec une infection à l’hépatite C chronique sans le savoir, ces individus se retrouvent avec une inflammation du foie et une accumulation de tissu cicatriciel de sorte que les dommages au foie entraînent une fatigue extrême, une accumulation de fluide dans l’abdomen, un saignement des veines dans l’œsophage ou l’estomac et la confusion. Il est essentiel d’identifier et de traiter l’hépatite C avant que de graves lésions du foie se produisent.

« Il est très important pour les personnes qui présentent des facteurs de risque de subir un test de dépistage du virus de l’hépatite C, » déclare le Dr James Gray, président du conseil consultatif médical de la Société gastro-intestinale et de la Société canadienne de recherche intestinale, et cofondateur de la Société gastro-intestinale. « Idéalement, nous pourrons mettre fin à la propagation de l’infection à l’hépatite C en diagnostiquant, en traitant et en guérissant les personnes atteintes de cette maladie ».

 

Le moment est opportun : parlez à votre médecin dès aujourd’hui

La Société gastro-intestinale a diffusé une vidéo en 2015 portant sur l’hépatite C afin d’informer et de sensibiliser les Canadiens sur les facteurs de risque de cette maladie. L’animation à cadence rapide de style tableau blanc comprend des renseignements sur le diagnostic, le dépistage, le traitement, la gestion, les symptômes et plus encore, afin que vous puissiez aider à mettre fin à la propagation de cette maladie.

Que faut-il pour savoir si vous avez été infecté par le virus de l’hépatite C? Demandez à votre médecin pour une simple analyse sanguine. Plus tôt vous savez si vous êtes infecté, plus tôt vous pourrez entreprendre un traitement curatif.


Publié pour la première fois dans le bulletin Du coeur au ventreMC numéro 197 – 2016
Photo : © bigstockphoto.com/alexraths
1. http://www.cdc.gov/media/releases/2016/p0504-hepc-mortality.html. Consulté le 2016-05-09