Allergie alimentaire par rapport à intolérance alimentaire

Le régime alimentaire est un composant clé d’un mode de vie sain. En plus de consommer le nombre de portions quotidiennes recommandées pour chacun des groupes alimentaires, il est important de savoir quels aliments, le cas échéant, vous devriez éviter. Les allergies et intolérances (ou sensibilités) alimentaires touchent bon nombre d’entre nous, et il est crucial de connaître les différences qui existent entre les deux.

L’allergie alimentaire est une réaction immunitaire anormale à une substance non pathogène. Le corps réagit comme s’il combattait un microorganisme pathogène, ce qui peut occasionner des symptômes allant de l’inconfort à l’anaphylaxie potentiellement mortelle, et pouvant inclure douleurs abdominales, diarrhée, vomissements, urticaire, enflure des lèvres et du visage, essoufflement, étourdissements, hypotension artérielle, anxiété et insuffisance cardiaque. Les allergies alimentaires peuvent toucher jusqu’à 5 à 6 % des jeunes enfants et 3 à 4 % des adultes dans les pays occidentalisés. Environ 7 % des Canadiens déclarent avoir une allergie alimentaire.1

L’intolérance alimentaire est une réaction indésirable aux aliments qui est susceptible de survenir dans le tractus gastro-intestinal et qui n’implique pas le système immunitaire. Ce terme générique inclut l’intolérance au lactose et l’intolérance au gluten non cœliaque ainsi qu’un large éventail d’autres sensibilités. Les symptômes ne mettent pas la vie en danger et se limitent généralement aux symptômes digestifs comme la diarrhée, les ballonnements et les nausées. Les symptômes peuvent apparaître peu de temps après avoir mangé ou peuvent prendre jusqu’à deux jours à se manifester.2

 

Allergies – histoire et faits

Les allergies comprennent des maladies comme le rhume des foins, la dermatite atopique et l’asthme allergique. Les allergènes courants comprennent une variété d’aliments, le pollen, la poussière, les squames animales, les piqûres d’insectes, certains médicaments, les parfums et de nombreuses autres substances. Même les aliments omniprésents comme la laitue peuvent déclencher une réaction allergique. Selon la gravité de l’allergie, l’inhalation ou la consommation orale de la substance en cause, ou même le fait de la toucher, peut déclencher une réaction.3

Les allergies aux médicaments peuvent être très graves. Les allergènes médicamenteux les plus courants comprennent la pénicilline, les sulfamides et les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS). Consultez immédiatement un médecin si vous soupçonnez une réaction allergique à un médicament.4

 

Tests d’allergie et traitement

La norme d’excellence en matière de diagnostic des allergies consiste à faire des tests cutanés ou des tests épicutanés. Ces deux types de tests sont semblables en ce sens que le testeur applique des allergènes sur la peau et mesure ensuite la réaction du patient pour déterminer la réaction allergique. Les tests cutanés et épicutanés sont les méthodes les moins coûteuses et les plus faciles pour diagnostiquer les allergies chez la plupart des gens. Les résultats sont disponibles immédiatement après la fin des tests. Il existe également des tests sanguins pour diagnostiquer les allergies. Ils sont idéaux pour les personnes qui ne peuvent pas être soumises à des tests cutanés. Cependant, les tests sanguins coûtent plus cher que les tests cutanés et épicutanés et sont moins sensibles. Cela signifie qu’il est possible pour ces derniers de produire un résultat positif et pour un test sanguin de produire un résultat négatif, et ce, chez le même patient. Contrairement aux tests cutanés et épicutanés, un patient peut devoir attendre sept jours ou plus pour recevoir les résultats d’un test sanguin.5

La meilleure forme de traitement pour les allergies, en particulier les allergies alimentaires, est l’évitement. En cas de réaction allergique, quelques options de traitement sont disponibles en fonction de la gravité de la réaction. Pour les réactions graves, une injection d’épinéphrine, administrée par un EpiPen®, est la première étape du traitement de l’anaphylaxie puisqu’il inverse rapidement l’effet de l’attaque. Faites une injection d’épinéphrine, puis composez le 9-1-1 et avisez les services d’urgence que quelqu’un souffre d’une réaction anaphylactique. Donnez une deuxième dose d’épinéphrine cinq minutes après la première dose s’il n’y a pas d’atténuation des symptômes. Vous devez consulter un médecin à l’hôpital le plus proche, même si les symptômes s’améliorent après la première ou la deuxième injection.6 Les antihistaminiques et les corticostéroïdes peuvent traiter les symptômes plus légers (plus fréquents avec les allergies non alimentaires) d’une réaction allergique, mais pas l’anaphylaxie.7

 

Tests d’intolérance alimentaire : fonctionnent-ils?

Des tests d’allergie alimentaire fiables sont disponibles auprès de médecins spécialistes connus sous le nom d’allergologue ou d’immunologiste, mais il n’existe pas de tests fiables pour diagnostiquer les intolérances alimentaires. Toutefois, certains laboratoires indépendants ont produit leurs propres systèmes d’analyse sanguine qui, selon eux, permettent d’identifier les intolérances alimentaires – ils sont disponibles dans un certain nombre de pharmacies de détail ou de magasins d’aliments naturels. Cependant, la communauté médicale a soulevé des inquiétudes quant à l’efficacité de ces systèmes de dépistage, de sorte que les médecins vous demanderont rarement de passer ces tests, souvent coûteux et produisant des résultats douteux.

Le comité des enquêtes du Collège des médecins du Québec (CMQ) met la population en garde contre les professionnels de la santé qui recommandent ces derniers tests à leurs patients. Le comité fait observer que les laboratoires qui encouragent les tests d’intolérance alimentaire présentent des conclusions non validées. Ils réaffirment l’obligation des professionnels de la santé agréés de ne faire passer des tests que lorsque cela est médicalement nécessaire, et qu’il est surtout important de faire preuve d’un esprit critique à l’égard des données provenant de sources non reconnues ou de matériel publicitaire.8

Selon la Société canadienne d’allergie et d’immunologie clinique, « Il n’existe aucune recherche qui appuie l’utilisation de ces tests pour diagnostiquer les réactions indésirables aux aliments ou pour prédire les réactions indésirables futures. » Elle a émis sa position à l’appui d’opinions similaires exprimées par l’American Academy of Allergy, Asthma & Immunology et l’Académie européenne d’allergie et d’immunologie clinique concernant la validité des tests d’intolérance alimentaire.9

 

Dernières réflexions

Nous voulons tous savoir quels aliments éviter, surtout s’ils peuvent entraîner une réaction allergique potentiellement mortelle. Les systèmes de dépistage de l’intolérance alimentaire peuvent être coûteux et s’appuyer sur des données non corroborées par la communauté scientifique médicale. Apporter des changements draconiens à votre régime alimentaire en fonction de ces tests non éprouvés pourrait entraîner des problèmes de santé, tels que des carences nutritionnelles. Si vous êtes préoccupé par les choix alimentaires et une allergie ou une sensibilité potentielle à un aliment particulier, consultez votre médecin de famille afin d’être orienté vers un spécialiste qualifié.

 

Cinq faits sur les allergies

  • Le pédiatre viennois Clemens von Pirquet a introduit le concept d’allergie en 1906 après avoir remarqué chez ses patients des hypersensibilités à des substances apparemment inoffensives comme la poussière, le pollen et certains aliments.10

  • Le mot « allergie » vient des mots grecs anciens allos (signifiant « autre » ou « différent ») et ergia (signifiant « énergie » ou « réaction »).10

  • La plupart des allergies alimentaires découlent d’une réponse immunitaire à certaines protéines présentes dans certains aliments. Ces protéines déclenchent la libération de produits chimiques anti-inflammatoires, y compris l’histamine.11

  • Santé Canada a dressé une liste d’allergènes prioritaires qui nécessitent des lignes directrices précises en matière d’étiquetage. La liste actuelle comprend les œufs, le lait, les arachides, les fruits à coque, le blé, les fruits de mer, le sésame, le soja, les sulfites et la moutarde.12

  • Les allergènes alimentaires peuvent apparaître dans des endroits inattendus, y compris les aliments transformés, les vitamines, les crèmes pour la peau et les aliments pour animaux domestiques. Lisez toujours attentivement l’étiquette et la liste des ingrédients d’un aliment pour vous assurer qu’il ne contient pas d’allergènes alimentaires qui pourraient être nocifs pour vous ou votre famille.13


Publié pour la première fois dans le bulletin Du coeur au ventreMD numéro 206 – 2018
1. Gouvernement du Canada. Les allergies alimentaires et les intolérances alimentaires (page). Disponible à : https://www.canada.ca/fr/sante-canada/services/aliments-nutrition/salubrite-aliments/allergies-alimentaires-intolerances-alimentaires.html. Consulté le 2018-04-17.
2. Ozdemir O et al. Food intolerance and Eosinophilic Esophagitis in Childhood. Digestive Diseases and Sciences. 2009;54:8-14.
3. McConnell TH. The Nature of Disease: Pathology for the Health Professions. Baltimore, Md: Lippincott Williams & Wilkins; 2007.
4. HealthLink BC. Drug Allergies page. Disponible à : https://www.healthlinkbc.ca/health-topics/te7064. Consulté le 2018-04-17.
5. HealthLink BC. Allergy Tests page. Disponible à : https://www.healthlinkbc.ca/medical-tests/hw198350#hw198353. Consulté le 2018-04-17.
6. Allergies alimentaires Canada. Anaphylaxie (page). Disponible à : http://allergiesalimentairescanada.ca/propos-des-allergies/anaphylaxie/. Consulté le 2018-04-17.
7. Sicherer SH. Understanding and Managing Your Child’s Food Allergy. Baltimore, Md: Johns Hopkins Press; 2006.
8. Collège Des Médecins Du Québec. Dosage des IgG « anti-aliments » (page) Disponible à : http://www.cmq.org/nouvelle/en/dosage-igg-anti-aliments.aspx. Consulté le 2018-04-17.
9. Carr S et al. CSACI Position statement on the testing of food-specific IgG. Allergy, Asthma & Clinical Immunology. 2012;8:12.
10. Igea JM. The history of the idea of allergy. Allergy. 2013;68:966-973.
11. Mayo Clinic. Food allergy page. Disponible à : http://www.mayoclinic.org/diseases-conditions/food-allergy/symptoms-causes/dxc-20317255. Consulté le 2018-04-17.
12. Santé Canada. Les critères canadiens pour la détermination des nouveaux allergènes prioritaires (page). Disponible à : https://www.canada.ca/fr/sante-canada/services/aliments-nutrition/rapports-publications/etiquetage-aliments/criteres-canadiens-determination-nouveaux-allergenes-prioritaires.html. Consulté le 2018-04-17.
13. Centre de soutien pour les personnes nouvellement diagnostiquées. Comprendre les étiquettes (page). Disponible à : http://www.soutienauxallergies.ca/comprendre-les-eacutetiquettes.html. Consulté le : 2018-04-17.