Se pourrait-il que les gaz intestinaux et les ballonnements que vous éprouvez soient attribuables à une intolérance aux glucides complexes ou à une intolérance au lactose? À mesure que de plus en plus de gens se rendent compte de l’importance d’adopter de saines habitudes alimentaires, bon nombre d’entre nous ont découvert que certains des mêmes aliments qui sont bons pour nous peuvent très souvent causer des gaz, des ballonnements et considérablement d’inconfort.

 

Glucides complexes

Quand le ballonnement et l’inconfort se produisent parce que l’on mange des légumes, des légumineuses, des grains, des céréales, des noix et des graines – qui contiennent des glucides complexes – on appelle cette condition une intolérance aux glucides complexes (IGC).

L’IGC se produit parce que notre système ne possède pas l’enzyme nécessaire pour digérer les glucides complexes. Très peu de gaz intestinaux se produisent dans l’intestin grêle parce que la concentration bactérienne y est faible. Lorsque les glucides non digérés migrent dans le côlon, les bactéries normalement présentent dans le côlon les fermentent. Cette fermentation occasionne souvent la production de gaz – semblable à la production de bulles lors de la fermentation de raisins dans la fabrication du champagne. Cette accumulation de gaz dans le côlon occasionne de l’inconfort, des ballonnements et parfois de la douleur.

Bon nombre de personnes ne savent pas ce qu’est l’intolérance aux glucides complexes et ne savent donc pas comment la traiter efficacement. Heureusement, il existe un produit qui peut aider à prévenir les symptômes associés à l’IGC en fournissant l’enzyme manquant qui est essentiel à la digestion complète des aliments contenant des glucides complexes. Cet enzyme manquant se trouve dans un produit de source naturelle appelé Beano™.

Beano™ contient un enzyme qui travaille avec votre système digestif. Il décompose les glucides complexes en sucres simples que votre corps peut facilement digérer. Cela aide à prévenir l’inconfort.

Il est important que vous preniez Beano™ avec votre première bouchée d’un aliment produisant des gaz. Suivez les instructions figurant sur l’étiquette, mais rappelez-vous que plus vous consommerez d’aliments produisant des gaz, plus vous devrez prendre du Beano™. Beano™ est disponible sous forme de comprimés ou de liquide.

Beano™ est un produit sans danger de source naturelle qui contient l’enzyme connu sous le nom d’alpha-galactosidase. Cet enzyme provient d’une moisissure de qualité alimentaire. (Ne vous inquiétez pas – les moisissures sont souvent utilisées dans la préparation d’aliments prêts à servir comme les confitures et les gelées.) Cependant, si vous utilisez Beano et que vous éprouvez un symptôme semblable à une réaction allergique, vous devriez cesser de l’utiliser.

Vous devriez consulter votre médecin avant de commencer à prendre Beano si vous souffrez de galactosémie (un trouble rare de métabolisme des glucides détecté à la naissance).

L’usage de Beano ajoutera de 2 à 6 grammes de glucides par 100 grammes d’aliments traités. Pour les diabétiques, cela signifie que chaque portion de Beano comme tel compte pour une très infime quantité de calories (moins de 5) dans votre diète et ne devrait avoir qu’un effet négligeable sur votre taux de glucose. Il est toutefois recommandé d’en parler à votre médecin si vous avez toujours des préoccupations à ce sujet.

Il n’existe aucune information scientifique qui porte à croire que si vous êtes allergique à la pénicilline, vous auriez une réaction allergique au Beano. La principale cause d’une allergie à la pénicilline semble être la pénicilline elle-même et non pas un allergène dérivé de la moisissure de pénicilline. Vous pouvez donc prendre Beano sans danger même si vous êtes allergique à la pénicilline.

En outre, certaines conditions médicales font qu’il est difficile de digérer les glucides complexes. Parmi ces conditions, mentionnons la maladie cœliaque, la pancréatite et le syndrome de l’intestin court. Ces maladies peuvent entraîner le passage de plus de glucides non digérés dans le gros intestin. Encore une fois, la fermentation se produit et il en résulte des gaz.

 

Produits laitiers

La fermentation des produits laitiers dans nos intestins peut aussi donner lieu à des gaz. L’intolérance au lactose est l’incapacité de digérer le lactose – le sucre qui se trouve dans les produits laitiers. Cela est causé par une déficience de l’enzyme naturel appelé lactase, qui décompose le sucre présent dans le lait pour le rendre digestible. S’il n’est pas digéré, ce sucre, le lactose, peut occasionner la production de gaz, des ballonnements, de la diarrhée et de l’inconfort à l’estomac. Le produit Lactaid® peut soulager ces gaz s’il est pris avec la première bouchée ou gorgée de produit laitier. Le lait Lactaid® est du lait prêt à consommer qui offre tous les bienfaits pour la santé qu’offrent le lait écrémé, le lait 1 % ou le lait 2 %, mais sa teneur en lactose est réduite à un point tel que les personnes qui ont une intolérance au lactose peuvent le boire.

Environ 20 % des personnes de race blanche ont une déficience en lactase, et cette déficience est plus courante chez les Noirs, les Asiatiques et les personnes originaires de la région méditerranéenne.

 

Encore plus au sujet des gaz

Que nous ayons des éructations ou que nous lâchions des vents (flatulence), tout le monde a des gaz. Il y a des personnes qui pensent que leur tube digestif ne fonctionne pas bien parce qu’ils ont ce qu’ils croient être des gaz excessifs. Pour certains, avoir des gaz est souvent perçu comme étant drôle et fait l’objet de nombreuses farces. Vous pourriez être de ceux et celles qui trouvent que les gaz causent de la douleur, de l’inconfort, des ballonnements et des moments embarrassants. Bien que certains craignent la présence d’un malaise grave, heureusement c’est rarement le cas. Il importe de savoir que les gaz en tant que tels ne sont pas dangereux. Toutefois, leurs conséquences peuvent avoir une portée sociale due à l’incapacité d’en contrôler le passage.

Les gaz intestinaux peuvent être extrêmement douloureux. Bien souvent, l’abdomen devient gonflé, surtout immédiatement après avoir mangé. Le ballonnement peut être si grave que les vêtements deviennent serrés et parfois, ils ne font plus. À cause de la gravité des symptômes, les personnes qui en souffrent peuvent se faire beaucoup de soucis à ce sujet. La bonne nouvelle est que, dans la plupart des cas, les gaz peuvent être facilement traités.

Si ni les glucides complexes ni les produits laitiers ne sont à l’origine des gaz que vous avez, ces derniers pourraient être dus à l’air que vous avalez. Quand nous avalons de l’air, il passe à travers notre système digestif. Habituellement, nous relâchons cet air de façon naturelle un petit peu à la fois tout au long de la journée. Certains d’entre nous, cependant, sont portés à avaler des quantités excessives d’air qui s’accumulent dans nos intestins, causant ainsi des gaz. Nous semblons avaler plus d’air lorsque nous sommes stressés ou que nous avalons fréquemment, par exemple en raison du port de prothèses dentaires mal ajustées, du fait de boire au moyen d’une paille ou de fumer des cigares. Chaque fois que nous avalons, nous ingérons une petite quantité d’air dans notre estomac et le volume augmente graduellement – causant des éructations, des ballonnements et de l’inconfort.

Pour certains d’entre nous, l’air avalé devient problématique parce que la nourriture se déplace plus lentement que la normale dans nos intestins. Cela peut entraîner une accumulation d’air qui refoule dans l’estomac. À mesure que l’air s’accumule, il peut occasionner des éructations, des ballonnements, de l’inconfort et même de la douleur. Chez les femmes, une augmentation de l’hormone progestérone peut ralentir les intestins et causer des gaz. Une telle augmentation de cette hormone peut se produire pendant la grossesse, avant les menstruations, ou pendant la ménopause si vous prenez de la progestérone pour traiter les symptômes.

 

Votre « compteur de gaz » surchauffe-t-il un peu?

Il importe de connaître la cause du problème pour choisir le traitement approprié

Symptômes

Cause

Traitement

Mécanisme d’action

Flatulence
Ballonnement
Distension
Douleur au bas-ventre
Gaz découlant de l’ingestion de glucides complexes (légumes, légumineuses, céréales, etc.) Beano™ (enzyme alpha-galactosidase) pris avec les aliments qui provoquent des gaz Prévient les gaz en décomposant les glucides complexes présents dans les légumes, les légumineuses, les céréales, etc., en sucres absorbables. Les sucres non digestibles ne pénètrent pas dans le côlon, ce qui empêche leur fermentation par les bactéries.
Éructation
Ballonnement et distension
Douleur à l’estomac et au bas-ventre
Flatulence
Gaz découlant de l’ingestion d’air et de troubles de motilité Phazyme™ (siméthicone) pris après les repas Soulage les symptômes liés aux gaz en fractionnant les bulles de gaz dans l’estomac et l’intestin de façon qu’elles soient évacuées naturellement.
Ballonnement
Flatulence
Diarrhée
Douleur au bas-ventre
Gaz découlant de l’ingestion d’aliments à base de produit laitier Lactaid™ (enzyme lactase prise avec les aliments à base de produit laitier) Prévient les gaz en décomposant le lactose non digestible en sucres absorbables. Les sucres non digestibles ne pénètrent pas dans le côlon, ce qui empêche leur fermentation par les bactéries.

 

Comment puis-je connaître la source des gaz que j’ai?

Tout simplement, si votre estomac vous paraît gonflé ou trop plein, ou si vous avez des éructations ou sentez le besoin d’éructer, ce gaz est probablement causé par de l’air avalé. Si vous sentez le besoin de passer des gaz (lâcher des vents), en plus d’entendre des gargouillements dans votre estomac, de vous sentir gonflé et d’éprouver de l’inconfort dans le bas-ventre, vous avez probablement le genre de gaz causés par la fermentation des types d’aliments mentionnés plus haut.

Tout le monde a des gaz dans le tractus intestinal, bien que la quantité varie d’une personne à l’autre. Des études menées auprès de jeunes adultes ont démontré que la plupart des gens génèrent de 1 à 3 chopines de gaz par jour. Ces gaz proviennent de deux sources : l’air exogène ou ingéré (avalé) et l’air endogène produit par les bactéries coliques. Des études ont démontré que les gaz intestinaux sont composés de quantités diverses d’oxygène, d’azote, de dioxyde de carbone, d’hydrogène et de méthane. L’oxygène, l’azote et le dioxyde de carbone proviennent de l’air avalé tandis que l’hydrogène et le méthane sont produits dans le côlon par les bactéries agissant sur les résidus alimentaires. Une analyse approfondie des gaz intestinaux a démontré qu’ils sont composés d’environ quatre-vingt-dix pour cent d’air ingéré et de seulement dix pour cent d’air réellement formé dans les intestins.

Bien que moins de 1 % des gaz aient une odeur, les bactéries intestinales produisent plusieurs composés soufrés, lesquels sont les principales causes des odeurs. Le nez humain peut déceler le sulfure d’hydrogène en concentrations aussi faibles qu’une demie partie par milliard!

 

Que dois-je faire si je veux traiter des gaz que les produits Beano et Lactaid n’empêchent pas?

Si vous n’avez pas réussi à empêcher les gaz de pénétrer ou de se former dans vos intestins, vous pouvez traiter vos symptômes lorsqu’ils se produisent au moyen d’un produit comme la siméthicone (Phazyme™). La siméthicone est un médicament efficace pour le soulagement des symptômes de flatulence. Elle décompose les gaz emprisonnés dans l’estomac et permet de les relâcher. Il s’agit d’un produit qui n’a aucun effet secondaire connu.

 

Puis-je traiter les gaz au moyen d’antiacides?

Les antiacides contiennent des ingrédients comme le magnésium, l’aluminium ou des composés de bicarbonate de sodium. Ces ingrédients ne sont efficaces que pour neutraliser l’acidité dans votre estomac. Ils ne servent aucunement à prévenir ou à traiter les gaz.

 

Que devrais-je faire si je continue à éprouver des ballonnements, des gonflements et des douleurs causées par des gaz?

Les gaz comme tels ne sont pas un problème grave. Cependant, si cela vous préoccupe ou si vos symptômes persistent, parlez-en à votre médecin. Seul votre médecin pourra faire un bon diagnostic.


Publié pour la première fois dans le bulletin The Inside Tract® numéro 123 – Janvier/Février 2001