Pour les personnes souffrant du syndrome de l’intestin irritable (SII), la nourriture peut être une source de malaise. Bien que chaque patient aux prises avec le SII soit différent et qu’il existe toute une gamme d’aliments pouvant déclencher des symptômes, certains aliments précis sont plus susceptibles d’occasionner des symptômes chez la personne moyenne.

Une étude récente provenant de la France1 a entrepris d’analyser quels régimes alimentaires, plutôt que quels aliments individuels, étaient associés à un risque accru de SII. Les auteurs de l’étude ont utilisé les données obtenues par le Web d’une cohorte prospective par observation. Les répondants ont rempli des questionnaires portant sur des questions socio-économiques, le mode de vie, l’état de santé, le régime alimentaire et l’activité physique. Ils ont tout d’abord fourni des données de base en 2009, puis ils ont rempli un questionnaire de façon annuelle par la suite.

Les chercheurs ont regroupé des aliments de façon à créer trois régimes alimentaires distincts qu’ils ont qualifiés de « santé », « occidental » et « traditionnel ». Le régime santé comprenait une grande quantité de légumes, de grains entiers, de fruits, de légumineuses, de boissons non sucrées et de graisses végétales, mais il comptait aussi moins de viande, de viande transformée, de boissons alcoolisées, de lait et de boissons additionnées de sucre. Le régime occidental se composait de graisses et de produits sucrés, de boissons additionnées de sucre, de grignotines salées, de jus de fruits et de légumes, de céréales sucrées, d’amidons et de sauces, et contenait de faibles quantités de légumes, de produits laitiers, de fruits, de poisson et fruits de mer, de volaille et d’œufs. Le régime alimentaire traditionnel correspond à un régime français traditionnel, qui est riche en pain, en viande, en viande transformée, en boissons alcoolisées, en fromage, en pommes de terre, en graisse animale, en volaille, en sauces, en abats et en amidons, mais qui ne contient qu’une petite quantité de céréales sucrées et de grains entiers.

Après avoir trié les répondants au questionnaire qui sont atteints du SII en fonction du régime alimentaire qu’ils suivent le plus fidèlement, les chercheurs ont conclu que certains régimes sont plus susceptibles d’être associés au SII. Le groupe suivant un régime alimentaire occidental a démontré les taux les plus élevés de SII, tandis que celui suivant un régime santé a montré les plus faibles taux. Fait intéressant, le régime traditionnel était associé à un risque accru de SII chez les femmes, mais pas chez les hommes. Ces résultats confirment des conclusions antérieures, dont bon nombre indiquent que les régimes riches en aliments gras et transformés sont plus étroitement liés à des taux élevés de SII que les régimes santé.


Publié pour la première fois dans le bulletin Du coeur au ventreMD numéro 203 – 2017
Photo : pexels.com | rawpixel.com
1. Buscail C et al. Western Dietary Pattern Is Associated with Irritable Bowel Syndrome in the French NutriNet Cohort. Nutrients. 2017;9(9).