Dans le cadre d’un régime alimentaire équilibré, les œufs contribuent à la santé du tractus digestif et peuvent être utiles en présence de problèmes digestifs aigus. En plus d’être riches en nutriments, les œufs sont généralement faciles à digérer comparativement à d’autres aliments à teneur élevée en protéines, tels que la viande et les légumineuses.

En raison de leur teneur en soufre, les œufs peuvent contribuer à des gaz intestinaux chez certaines personnes, mais ils sont bénéfiques pour d’autres symptômes digestifs. En cas de diarrhée aiguë, les œufs sont une source de protéines plus tolérable que les haricots, les noix ou la viande frite.1 Les œufs frais sont idéals puisque certains produits transformés à base d’œufs et de remplacement contiennent du gluten, un ingrédient à être évité en tout temps par les patients souffrant de la maladie cœliaque afin de prévenir l’apparition de symptômes.

La maladie inflammatoire de l’intestin (MII), qui comprend principalement la maladie de Crohn et la colite ulcéreuse, est l’une des maladies digestives les plus graves. Les patients connaissent parfois de la douleur et de la diarrhée pendant une poussée active. Quoique le régime alimentaire soit très individualisé chez les patients souffrant de la MII, ceux-ci affirment souvent que les œufs constituent l’une des sources de protéines les mieux tolérées. Cela est important puisque maintenir un régime équilibré et prévenir une malnutrition constitue un défi pour certains de ces patients, surtout pendant des poussées fréquentes ou prolongées de la maladie.

Les œufs sont aussi une excellente source de méthionine, un acide aminé essentiel.2 Les acides aminés sont les matières premières utilisées par le corps pour fabriquer des protéines humaines, lesquelles sont des composantes vitales de toutes les cellules humaines. Notre corps peut seulement obtenir des acides aminés essentiels des aliments ou des suppléments (au contraire de la synthèse, moyen par lequel notre corps produit la vitamine D en absorbant la lumière du soleil, par exemple). La méthionine est un antioxydant et un agent de détoxification. La recherche suggère qu’une déficience en méthionine pourrait contribuer au développement de la stéatose hépatique non alcoolique, une affection où les graisses s’accumulent dans les cellules du foie (hépatocytes), venant à endommager cet organe vital.3

Les fabricants enrichissent souvent les œufs avec des acides gras oméga-3, un autre type de nutriment essentiel. Les chercheurs ont découvert qu’un apport alimentaire élevé en acide docosahexaénoïque (DHA), un des trois acides gras oméga-3, est associé à une réduction de 77 % du risque de développer une colite ulcéreuse.4

En raison de leur rôle dans la prévention de la colite ulcéreuse et de la maladie du foie et comme source nutritive de protéines en présence de symptômes de diarrhée, les œufs sont souvent un excellent choix pour assurer la santé digestive.


Publié pour la première fois dans le bulletin Du coeur au ventreMC numéro 190 – 2014
1. Flesher M. Diarrhea and Diet. Inside Tract®. 2003;139. Disponible à http://badgut.org/information-centre/health-and-nutrition/diarrhea-and-diet-1.html. Consulté le 2014-07-18.
2. Methionine. Inside Tract®. 2003;135. Disponible à http://badgut.org/information-centre/health-and-nutrition/methionine-1.html/. Consulté le 2014-07-18.
3. Oz HS et al. Methionine Deficiency and Hepatic Injury in a Dietary Steatohepatitis Model. Digestive Diseases and Science. 2008;53(3): 767–776. Disponible à http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2271115/. Consulté le 2014-06-25.
4. The IBD in EPIC Study Investigators. Linoleic acid, a dietary n-6 polyunsaturated fatty acid, and the aetiology of ulcerative colitis: a nested case-control study within a European prospective cohort study. Gut. 2009;58:1606-1611.