Les fibres constituent un élément essentiel du régime alimentaire. Consommées de façon quotidienne, elles contribuent à la motilité continue de l’appareil digestif en ajoutant de la masse aux selles et en stimulant le péristaltisme, réduisant ainsi la constipation. Certains types de fibres peuvent aussi absorber l’excès d’eau dans le côlon pour réduire l’incidence de diarrhée. Les fibres sont un prébiotique important, c’est-à-dire une source alimentaire pour les bactéries bénéfiques qui habitent dans le côlon.

L’apport recommandé en fibres est un minimum de 25 g par jour pour les femmes et un minimum de 38 g par jour pour les hommes. La plupart des gens sont loin de consommer cette quantité, ce qui est problématique. En moyenne, les femmes ne consomment que 15,6 g de fibres et les hommes seulement 19,1 g. Les symptômes gastro-intestinaux sont courants chez les personnes dont l’apport en fibres est toujours faible. Plus précisément, consommer une quantité trop faible de fibres peut occasionner une constipation chez des personnes autrement en santé.

Un Canadien sur quatre souffre de constipation, bon nombre d’entre eux ayant la possibilité d’éliminer leurs symptômes en modifiant leur alimentation afin d’inclure davantage de fibres. La forte prévalence de ce problème impose un lourd fardeau sur notre système de soins de santé, environ un million de consultations médicales par année étant associées au traitement de la constipation, à un coût total par année de près de 7 500 $ pour chaque patient constipé.

Une étude récente1 a déterminé que le simple fait d’augmenter notre apport en fibres peut réduire de façon importante la prévalence de la constipation et les risques qui l’accompagnent (hémorroïdes et diverticulose colique), permettant ainsi de faire économiser chaque année des millions de dollars au système de soins de santé canadien. Les chercheurs ont constaté que pour chaque ajout d’un gramme de fibres par jour à l’alimentation de la personne moyenne, les taux de constipation chutaient de 1,8 %. Bien que cela puisse sembler presque négligeable, les chercheurs estiment que si seulement 5 % de la population augmentait son apport en fibres de un gramme par jour, nous pourrions faire économiser 100 000  $ par année au système de soins de santé canadien, et si 100 % des Canadiens augmentaient leur apport en fibres de un gramme par jour, les économies s’élèveraient à 2,5 millions par année.

Combien d’argent pourrions-nous faire épargner au système de soins de santé par le simple fait de consommer l’apport quotidien recommandé en fibres? Si 5 % de la population consommait la quantité de fibres recommandée, cela ferait économiser au système de soins de santé 1,5 million de dollars par année, et si tout le monde faisait de même, les chercheurs suggèrent que les économies s’élèveraient à 31,9 millions de dollars par année.

Ces économies semblent être une question simple. Nous savons que les fibres peuvent traiter une constipation occasionnelle et nous savons que la constipation peut être coûteuse, donc il est logique que si les gens consomment une quantité suffisante de fibres, de nombreux cas de constipation pourraient être prévenus. Cependant, les bienfaits des fibres vont bien au-delà du soulagement de la constipation; elles peuvent jouer un rôle dans la gestion et la prévention du diabète de type 2 et des maladies cardiovasculaires en équilibrant le taux de sucre dans le sang et en réduisant les taux de cholestérol.2

Le diabète de type 2 touche environ 7 % des Canadiens3 et les maladies cardiovasculaires touchent environ 5 % de la population.4 Quoique les fibres ne soient qu’un des nombreux éléments pouvant aider à prévenir ou à traiter ces maladies, elles pourraient avoir un impact très important sur notre système de soins de santé en raison de ses effets bénéfiques sur ces maladies. Si 5 % des Canadiens consommaient une quantité suffisante de fibres, nous pourrions économiser chaque année 35,9 millions de dollars en coûts de soins de santé liés au diabète de type 2 et 64,8 millions de dollars en coûts liés aux maladies cardiovasculaires. Si tous les Canadiens consommaient suffisamment de fibres, nous pourrions économiser chaque année 718,8 millions de dollars en coûts liés au diabète de type 2 et 1,3 milliard de dollars en coûts liés aux maladies cardiovasculaires. Ces fonds pourraient alors être utilisés pour d’autres affections nécessitant plus de ressources.

C’est une chose tellement simple! Consommer une quantité suffisante de fibres peut contribuer au meilleur fonctionnement de notre appareil digestif et prévenir le diabète de type 2 et les maladies cardiovasculaires, ce qui peut aider à sauvegarder notre santé et le budget.


Publié pour la première fois dans le bulletin Du coeur au ventreMC  numéro 199 – 2016
Photo : © bigstockphoto.com/pikselstock
1. Abdullah MMH et al. Dietary fibre intakes and reduction in functional constipation rates among Canadian adults: a cost-of-illness analysis. Food & Nutrition Research. 2015:59
2. Abdullah MMH et al.  Cost-of-illness analysis reveals potential health care savings with reductions in type 2 diabetes and cardiovascular disease following recommended intakes of dietary fiber in Canada. Frontiers in Pharmacology. 2015:6(167)
3. Le diabète au Canada : Perspective de santé publique sur les faits et chiffres. Disponible à : http://www.phac-aspc.gc.ca/cd-mc/publications/diabetes-diabete/facts-figures-faits-chiffres-2011/highlights-saillants-fra.php. Consulté le 2016-08-08.
4. Suivi des maladies du cœur et des accidents vasculaires cérébraux au Canada (2009). Agence de la santé publique du Canada. Disponible à : http://www.phac-aspc.gc.ca/publicat/2009/cvd-avc/pdf/cvd-avs-2009-fra.pdf. Consulté le 2016-08-08.