Dans cet article, j’expliquerai ce qu’est un psychologue, le genre de choses qu’un psychologue peut ou ne peut pas faire et en quoi ils diffèrent des autres professionnels de la santé.

Une personne qui vit avec une maladie ou un trouble gastro-intestinal est sensible aux effets de l’anxiété. Des études ont démontré que l’anxiété causée par le stress peut aggraver les symptômes de troubles gastro-intestinaux tels que les ulcères de l’estomac, la colite ulcéreuse et le syndrome de l’intestin irritable dans certains cas. L’anxiété peut aussi rehausser la sensation de douleur et aggraver le processus morbide. La recherche ne permet pas de savoir si l’anxiété peut causer des problèmes structuraux au niveau du système gastro-intestinal, mais l’on sait que le stress peut empirer les problèmes gastro-intestinaux.

Les psychologues ont développé toute une gamme de méthodes visant à aider les gens à gérer le stress plus efficacement. Parmi les méthodes de traitement les plus couramment utilisées, mentionnons la thérapie de relaxation, la gestion du temps, des changements au mode de vie et la restructuration cognitive. Quand vous choisissez un thérapeute pour vous aider à traverser des périodes difficiles, il est important de choisir une personne qualifiée et formée.

 

Qu’est-ce que la psychologie?

Commençons tout d’abord par les deux définitions de psychologie :

  1. La psychologie est la science qui étudie les comportements et les processus mentaux; et
  2. La psychologie est une tentative de comprendre le soi.

La seconde définition peut évoquer des images d’un psychothérapeute travaillant avec un individu pour traiter un trouble émotionnel. La première définition peut faire apparaître dans notre esprit des images d’hommes en blouse blanche de laboratoire en train de faire des expériences horribles avec des souris (ou des personnes?) comprenant des chocs électriques et d’autres tortures qu’il vaut mieux taire. En réalité, les psychologues peuvent s’adonner à une vaste gamme d’activités allant de la recherche fondamentale à l’aide d’animaux, de l’enseignement et de l’évaluation de fonctions intellectuelles ou professionnelles jusqu’à la psychothérapie.

Bien entendu, tous les psychologues ne peuvent pas, et ne devraient pas, tout faire. Imaginez si votre médecin de famille décidait soudainement qu’il ou elle voulait faire une greffe du cœur ou que votre gastroentérologue voulait faire une psychothérapie avec des patients souffrant de la crampe des écrivains. Bien que certains individus puissent être suffisamment talentueux et compétents pour accomplir toutes ces activités, ce serait insolite compte tenu de leur formation et expérience normales. Au cours des 50 dernières années, nous avons connu une véritable explosion des connaissances, et les ressources sont devenues de plus en plus concentrées dans les centres urbains. Par conséquent, de nombreux domaines scientifiques et professionnels, comme la psychologie et la médecine, sont devenus plus spécialisés. Quoique les psychologues puissent être très spécialisés, la plupart d’entre eux ne le sont pas au début parce qu’ils bénéficient d’une formation générale commune.

 

Les thérapeutes sont-ils tous égaux?

Étant donné que la psychologie est une profession réglementée par la loi, la plupart des provinces et des états possèdent des lois et règlements particuliers qui régissent la profession. Ces lois ont pour objet de reconnaître la profession et de faire en sorte que les membres de la profession se conduisent de façon responsable. En d’autres termes, la profession de la psychologie est légalement tenue de s’assurer que les praticiens sont qualifiés et ne causent pas de préjudice aux membres du grand public. En Colombie-Britannique, une personne doit maintenant détenir un doctorat ou un diplôme équivalent en psychologie pour devenir psychologue. Cela revient à environ 10 ou 11 ans d’études universitaires. Après avoir obtenu les diplômes universitaires, les candidats doivent écrire certains examens et subir d’autres tests portant sur l’éthique et la façon dont ils entendent exercer la profession avant de pouvoir être agréés à titre de psychologues. La loi stipule que seules les personnes qui ont satisfait à toutes ces exigences peuvent s’appeler des « psychologues ».

 

Les psychologues sont régis par la loi

La raison de cette restriction relative au mot psychologue est de faire en sorte que si une personne subit les préjudices d’un psychologue, il y a un mécanisme officiel permettant de prendre des mesures concernant le psychologue (incluant des accusations criminelles et la perte de sa licence). Bref, les psychologues sont liés par les principes d’éthique et les contraintes de légalité de leur profession. Ce que cela signifie pour la personne qui voit un thérapeute, c’est qu’elle a une certaine assurance que les psychologues sont formés et contraints par leur code de déontologie et ne devraient pas exercer la profession en dehors de leurs champs de compétence. Contrairement aux personnes qui sont agréées à titre de psychologues, n’importe qui peut se dire « thérapeute » et offrir n’importe quel type de thérapie à quiconque est disposé à recevoir (et à payer) ses services. Je ne veux pas dire par là qu’il n’y a pas d’excellents thérapeutes qui possèdent des diplômes en travail social ou qui ont suivi d’autres genres de formation, je veux tout simplement souligner que ces autres thérapeutes ont beaucoup moins de responsabilités légales et professionnelles. Sur le marché du counseling ou de la psychothérapie, il faut vraiment se conduire en « acheteur averti ».

Vous vous demandez peut-être quelle formation ont les psychologues comparés aux autres thérapeutes. J’ai déjà mentionné que les psychologues doivent détenir un doctorat, en plus de posséder de l’expérience sous supervision et d’avoir passé toutes les étapes du processus d’agrément, qui comprend des tests et des examens administrés par des organismes de réglementation provinciaux. En revanche, les conseillers n’ont pas nécessairement de formation! La plupart ont des diplômes en travail social, en sciences infirmières ou en psychologie, certains ont suivi des cours spécialisés en counseling et d’autres détiennent même une maîtrise.

Au cours des dernières années, des organisations ont été formées qui permettent à un membre d’inscrire des lettres après son nom pour indiquer qu’il est membre de l’organisation. Malheureusement, le grand public peut penser qu’une série de lettres ou une autre après un nom veut dire la même chose. En fait, la norme d’appartenance à de telles organisations varie énormément. Pour ajouter à la confusion, prenons l’exemple de deux organisations qui exigent une scolarité minimale. Cela veut-il dire que les qualifications sont les mêmes? Certainement pas – puisqu’il y a de bonnes écoles et de mauvaises écoles. Dans certains cas, on peut littéralement acheter un diplôme à partir des petites annonces dans un journal. En tant que consommateur, vous avez le droit et le devoir de poser des questions à un thérapeute éventuel au sujet de sa formation et de son expérience. Dans le cas des psychologues agréés, un comité de vérification des pouvoirs doit évaluer le programme de formation; donc, une personne qui a obtenu son diplôme dans une boîte de céréales ne pourra pas s’inscrire au Collège des psychologues.

 

Qu’en est-il du psychiatre?

J’espère que vous avez maintenant une idée de ce qu’est un psychologue comparativement à certains autres thérapeutes. Passons maintenant à la question fréquemment posée au sujet de la différence entre un psychologue et un psychiatre. En règle générale, un psychologue commence par obtenir un baccalauréat, puis une maîtrise et ensuite un doctorat (c.-à-d., Ph. D.) en psychologie, puis il fait des stages et acquiert de l’expérience en formation clinique. Un psychiatre commence habituellement par obtenir un baccalauréat, puis poursuit des études dans une école de médecine pour devenir médecin et complète par la suite une résidence de quatre ans, en se spécialisant en psychiatrie. Dans les deux cas, la formation dure environ 10 ans. La principale différence dans la pratique c’est que les psychiatres sont des médecins qui peuvent prescrire des traitements médicaux comme des médicaments alors que les psychologues ne peuvent pas prescrire des médicaments et ont tendance à recourir davantage à des thérapies verbales ou d’inspiration analytique. En outre, la psychologie se divise en deux grands axes, le premier regroupant des psychologues qui poursuivent des secteurs d’intérêt qui ne concernent pas la thérapie ou d’autres pratiques cliniques. Ces psychologues se concentrent souvent sur la recherche et sont parfois appelés psychologues en psychologie expérimentale ou appliquée. L’autre groupe, connu sous le nom de psychologues cliniciens, est formé pour évaluer et traiter les troubles psychologiques. Il convient de noter que bon nombre des tests utilisés par les psychologues (p. ex., les tests de Q.I.) sont restreints et personne, autre que des psychologues, ne peut les administrer et les interpréter.

Finalement, les psychologues cliniciens peuvent être formés pour étudier et traiter des affections humaines en fonction d’un grand nombre de théories découlant de différentes écoles de pensée. À titre d’exemple, de nombreux psychologues adhèrent à une doctrine cognitive ou comportementale qui met l’accent sur la résolution de problèmes, l’action et la pensée raisonnable. D’autres peuvent employer des méthodes dérivées de Jung ou d’autres doctrines qui mettent l’emphase sur l’inconscient et les expériences passées et sont orientées vers la connaissance approfondie de soi. En effet, la liste d’écoles de pensée est longue et la plupart des psychologues utilisent habituellement des éléments provenant de plus d’une école de pensée, dépendant du client et de la nature du problème.

 

Avec quels genres de problèmes les psychologues peuvent-ils aider?

Les psychologues, tout comme les autres thérapeutes, défendent la santé mentale et traitent une vaste gamme de troubles psychologiques et émotifs. Dans le cadre de mon travail à l’Hôpital général de Vancouver, je vois des personnes qui souffrent d’affections telles que la maladie inflammatoire de l’intestin, l’hépatite C et le syndrome de l’intestin irritable. Bon nombre de ces personnes éprouvent un déclin de leur santé, des problèmes professionnels, des soucis financiers, des difficultés relationnelles et beaucoup d’autres contrecoups de leur maladie.

Un grand nombre de personnes remarquent que leur maladie s’aggrave ou qu’elles ont plus de difficulté à faire face à leur maladie lorsqu’elles sont stressées. Des symptômes d’anxiété et de dépression, quelle qu’en soit la cause, peuvent apparaître et ajouter un autre fardeau à leur vie. En ma qualité de psychologue, j’évalue la gravité des symptômes émotionnels et les agents stressants qui sont présents, et j’essaie de travailler avec le client pour atténuer ces symptômes. Cela peut se faire en travaillant à la résolution de problèmes liés au travail, à la vie de famille ou à la gestion de la maladie, en améliorant les relations sociales, en enseignant des compétences liées au mode de vie, comme la relaxation et les exercices, ou en explorant les façons dont une personne perçoit les événements. Nous discutons parfois de choix importants qui doivent être faits, ainsi que des risques et des avantages associés à ces choix.

Un secteur très important suppose d’apprendre à reconnaître le lien entre les pensées et les sentiments. Une fois que les gens deviennent conscients de la façon dont leurs pensées influent sur leurs sentiments, ils peuvent graduellement apprendre à modifier les pensées qu’ils ont.

Prenons par exemple une personne qui a appris que les chiens sont dangereux (soit parce qu’elle a été mordue par un chien lorsqu’elle était enfant, soit parce que ses parents lui ont inculqué cette croyance), alors aussitôt qu’elle voit un chien, elle pourrait immédiatement penser « Il faut que je parte d’ici – ce chien va me faire mal ». Malheureusement, cette pensée entraîne une crainte qui pourrait ne pas être justifiée. Et si le chien agitait sa queue et voulait simplement dire bonjour? Alors, la personne aura éprouvé beaucoup d’anxiété pour rien et aura peut-être même été privée du plaisir de jouer avec le chien.

L’anxiété se manifeste dans le corps comme des tremblements, un battement de cœur rapide, une tension musculaire, etc., mais sa cause est le plus souvent basée sur la perception que quelqu’un ou quelque chose constitue une menace. Comme nous l’avons vu dans l’exemple avec le chien, cela a peu d’importance si le chien est vraiment une menace ou pas, ce qui compte c’est la perception. Imaginez maintenant ce qui arriverait si une personne était dans un état d’éveil chronique parce qu’elle voyait des dangers à tous les coins de rue – des menaces à sa prospérité financière, des menaces à son moi, des menaces à sa vie de famille, ses amitiés, son travail – imaginez les effets que l’inquiétude constante et l’état d’éveil chronique auraient sur des périodes de temps prolongées.

Chose étonnante, la plupart des gens s’en tirent assez bien lorsqu’ils sont stressés, mais bon nombre finissent par s’épuiser si le stress persiste assez longtemps. Je tiens à souligner qu’il n’est pas nécessaire que le stress vienne d’une source externe comme une perte de revenus, un décès ou un autre événement marquant de la vie – au contraire, le stress peut être engendré par des interprétations faussées de situations courantes. Que le stress provienne de mauvaises expériences de la vie ou des façons internes de voir le monde, il peut créer toutes sortes de problèmes émotionnels, physiques et fonctionnels. La nature exacte de l’interaction entre le stress et la maladie n’est toujours pas claire, mais beaucoup de recherches réalisées dans ce domaine montrent qu’ils influent énormément l’un sur l’autre. Il ne fait aucun doute que la tension de vivre avec une maladie douloureuse ou invalidante chronique est un réel fardeau. Le truc semble être dans la façon d’affronter la maladie puisque certaines personnes continuent tout simplement de vivre, d’aimer et de faire des choses significatives, alors que d’autres voguent à la dérive. L’envers de l’équation stress/maladie pose comme postulant que le stress peut engendrer ou exacerber la maladie. En ce qui concerne la MII (et probablement de nombreux cas de SII), il ne semble pas que le stress soit à l’origine de ces troubles. Il est cependant très plausible que le stress aggrave un problème existant ou entraîne des rechutes. Plausible, mais pas inévitable, puisque j’ai connu un grand nombre de personnes atteintes de MII qui ont traversé des périodes extrêmement stressantes, comme la rupture d’un mariage, sans avoir de rechute. Un psychologue est bien placé pour vous aider avec des problèmes découlant du stress, puisque les psychologues sont habituellement très versés dans le traitement d’affections liées au stress qui ont été étudiées en profondeur.

Les psychologues ont également reçu une formation dans l’évaluation et le diagnostic de troubles mentaux. Cette formation spécialisée aide à faire en sorte que les personnes ne soient pas traitées pour le mauvais problème. Bien que les psychologues ne soient pas qualifiés pour diagnostiquer d’autres conditions médicales, ils sont vraisemblablement en mesure de relever des troubles d’adaptation affective ou de fonctionnement cognitif qui pourraient avoir des origines organiques, puis de renvoyer la personne pour une évaluation médicale appropriée.

En dernier lieu, la plupart des psychologues ont reçu une formation en ce que l’on appelle le « modèle scientifique-professionnel ». Cela signifie qu’on s’attend à ce qu’ils adoptent une attitude à la fois clinicienne et scientifique par rapport à leur travail. En termes proactifs, cela signifie que les psychologues s’adonnent souvent à la recherche. Ils devaient suivre des cours en statistiques et en design expérimental pour compléter leur thèse de doctorat. Cela signifie également qu’il est très probable que les psychologues essaient de mesurer des choses plus que tout autre genre de thérapeute.

Quand je demande à mes patients de remplir un questionnaire sur la dépression, je décris l’exercice comme étant « la prise de leur température émotionnelle ». Bien entendu, les évaluations peuvent devenir très complexes et détaillées, selon la raison du traitement. Comme je l’ai déjà mentionné, bon nombre des tests ne peuvent être interprétés que par un psychologue agréé, puisque les propriétaires des tests estiment que seuls les psychologues sont qualifiés pour les utiliser sans risque.

 

Pourquoi devrais-je choisir un psychologue?

La question de savoir si vous devriez consulter un psychologue dépend de la nature du problème et de sa gravité. Si vous trouvez que vous avez de la difficulté à fonctionner ou que vous semblez perdre du terrain et que vous n’arrivez pas à vous en sortir par vous-même, alors, je vous en prie, consultez quelqu’un. Si vous entretenez des idées de suicide ou si vous n’arrivez pas à exécuter bon nombre de vos activités courantes, alors consultez quelqu’un sans tarder. Toutefois, si vous êtes simplement curieux de savoir comment devenir une meilleure personne ou si vous voulez grandir d’une façon quelconque, alors vous pourriez tirer profit de la consultation d’un psychologue.

La question de savoir si vous devriez consulter un psychologue plutôt qu’un autre genre de conseiller est un choix personnel. Si vous tenez absolument à avoir des médicaments, alors vous seriez mieux servi en consultant un médecin et en lui permettant d’évaluer votre situation. Si vous voulez une thérapie verbale, alors vous finirez probablement par aller voir un psychologue, un psychiatre ou un conseiller.

En règle générale, il est difficile de consulter un psychiatre parce que les listes d’attente sont longues et il n’y en a plus beaucoup qui font de la psychothérapie. En général, les psychologues coûtent plus chers que les conseillers, qui ont en général eu moins de formation. Si une évaluation neuropsychologique spécialisée est indiquée, alors vous devrez voir un psychologue.

Il n’y a pas de réponse facile à la question de savoir qui est le mieux qualifié pour répondre à vos besoins particuliers. J’espère que cet article vous aura fait découvrir l’essentiel de la formation que reçoivent les psychologues et vous aura montré comment ils sont réglementés pour protéger le public, combien d’entre eux sont très spécialisés dans ce qu’ils font et certaines des façons dont ils diffèrent des autres professionnels qui aident aussi les personnes aux prises avec des problèmes de toutes sortes.


Tom Ehmann, PhD, Psychologue agréé
Publié pour la première fois dans le bulletin The Inside Tract® numéro 112 – 1999