Un article publié dans la revue Clinical Gastroenterology and Hepatology jette une lumière sur la colite ulcéreuse diagnostiquée plus tard chez l’adulte.1

La colite ulcéreuse (CU) est une maladie inflammatoire de l’intestin qui consiste en de fines ulcérations de la muqueuse interne du gros intestin (côlon). Les principaux symptômes sont le saignement rectal et la diarrhée, mais peuvent aussi comprendre l’anémie, la constipation, la fièvre, l’inflammation oculaire ou des articulations, des ulcères buccaux ou la présence de nodules sensibles et enflammés sur les tibias.

Lors d’une étude de cohorte rétrospective menée de 2001 à 2008, les chercheurs ont réparti les dossiers de 295 patients atteints de colite ulcéreuse en deux groupes : les patients ayant reçu un diagnostic entre l’âge de 18 et 30 ans ont été placés dans le groupe ayant une colite ulcéreuse à début précoce, tandis que ceux ayant reçu un diagnostic à 50 ans ou plus ont été placés dans le groupe ayant une colite ulcéreuse à début tardif.

Quoiqu’il n’existait pas de différences importantes entre les deux groupes par rapport à l’étendue de la maladie ou à sa gravité au moment du diagnostic, un an après le diagnostic, 64 % des sujets ayant une CU à début tardif avaient connu une rémission clinique sans l’utilisation de stéroïdes, comparativement à seulement 49 % des sujets ayant une CU à début précoce. Chez le groupe recevant un traitement systémique aux stéroïdes, 50 % des sujets ayant une CU à début tardif ont connu une rémission comparativement à seulement 32 % des sujets ayant une CU à début précoce.

Les chercheurs ne connaissent pas la raison de ces écarts, mais ils ont décelé d’intéressants facteurs. Ils ont constaté que plus d’un patient sur cinq atteint de CU à début précoce avait des antécédents familiaux d’une maladie inflammatoire de l’intestin, tandis que la plupart des patients atteints de CU à début tardif auraient développé la maladie à cause de problèmes associés au processus du vieillissement ou à des contaminants environnementaux (principalement la fumée de cigarette). Près de 52 % des sujets du groupe ayant une CU à début tardif étaient d’anciens fumeurs, comparativement à seulement 13,5 % des sujets du groupe ayant une CU à début précoce.

Il est à noter que la colite ulcéreuse est liée à un système immunitaire hyperactif, qui peut l’être encore plus chez les personnes moins âgées puisque leur système immunitaire est naturellement plus fort, ce qui rendrait la rémission chez ce groupe plus difficile. Chez le groupe à CU à début tardif, les constatations pourraient être le résultat d’un diagnostic plus rapide ou d’une meilleure fidélité au traitement. De futures études portant sur les facteurs environnementaux et génétiques qui établissent une différence entre la colite ulcéreuse à début tardif et celle à début précoce pourraient expliquer les différences observées entre ces deux populations.

 

Qu’est-ce qu’une étude de cohorte rétrospective?

Dans une étude de cohorte rétrospective, tous les évènements se sont déjà produits, et les chercheurs examinent et comparent les dossiers médicaux de groupes de sujets qui se ressemblent de nombreuses façons, mais qui diffèrent par rapport à une caractéristique ou un comportement spécifique. Cela diffère d’une étude de cohorte prospective dans laquelle aucun évènement ne s’est produit au début de l’étude, et les chercheurs examinent et comparent les dossiers médicaux de groupes de sujets qui se ressemblent de nombreuses façons, mais qui diffèrent par rapport à une caractéristique ou un comportement spécifique au fil du temps.


Publié pour la première fois dans le bulletin Du coeur au ventreMC numéro 181 – 2012
1. Ha CY et al. Patients With Late-Adult-Onset Ulcerative Colitis Have Better Outcomes Than Those With Early Onset Disease. Clinical Gastroenterology and Hepatology. 2010;8:682-687.