Selon une étude publiée dans l’American Journal of Obstetrics and Gynecology en 2006, le syndrome de l’intestin irritable (SII) n’est souvent pas décelé ni traité chez les femmes souffrant de douleurs pelviennes. La douleur dans la région pelvienne peut être constante ou intermittente et est considérée comme étant chronique si elle persiste pendant au moins six mois. Elle touche entre 33 et 39 % des femmes à un moment quelconque dans leur vie. La douleur incessante – qui peut être causée par n’importe quel système organique ou par une maladie quelconque et qui peut être attribuée à plusieurs facteurs – réduit la qualité de vie des personnes qui en souffrent.

Le SII est une maladie gastro-intestinale fonctionnelle chronique et souvent débilitante, dont les symptômes sont des douleurs abdominales, le ballonnement et des changements aux habitudes intestinales tels que la constipation ou la diarrhée, ou des selles qui alternent entre les deux consistances extrêmes. On estime que le SII touche entre 13 à 20 % des Canadiens, et qu’il est beaucoup plus courant chez les femmes que les hommes.

Dans une étude s’échelonnant de 1993 à 2000, des chercheurs de l’Université de la Caroline du Nord, à Chapel Hill, ont étudié 987 femmes dans une clinique se spécialisant dans le traitement des douleurs pelviennes chroniques. Trente-cinq pour cent des femmes répondaient aux critères de Rome I se rapportant au SII, mais environ la moitié d’entre elles n’avaient pas reçu un diagnostic de SII de leur médecin. En outre, plus de 67 % des femmes ayant reçu un diagnostic de SII n’avaient obtenu aucune recommandation de traitement de la part de leur médecin. Les chercheurs semblent croire que le taux de diagnostic et de traitement est encore plus faible dans un bureau gynécologique ordinaire qu’il ne l’est dans une clinique se spécialisant dans le traitement des douleurs pelviennes chroniques.

Un des symptômes du SII est la douleur abdominale. D’autres symptômes, comme la consistance des selles alternant entre deux extrêmes, peuvent aussi causer des douleurs. Il existe des médicaments pour traiter bon nombre des divers symptômes du SII, et pourtant, cette étude a démontré que les médecins ne prescrivent pas de médicaments pour soulager les douleurs chez les patientes souffrant de douleurs pelviennes. Le nombre de femmes souffrant de douleurs pelviennes pourrait diminuer si les douleurs causées par le SII étaient diagnostiquées et traitées.


Publié pour la première fois dans le bulletin The Inside Tract® numéro 156 – Juillet/Août 2006