Les chercheurs savent depuis longtemps qu’il existe un lien entre le syndrome de l’intestin irritable (SII) et la fibromyalgie. Dans certaines études, il a été constaté que jusqu’à un tiers des patients souffrant de fibromyalgie avaient également reçu un diagnostic de SII. La fibromyalgie et le SII sont deux affections communes qui comptent pour 30 % ou plus des renvois à des cliniques de rhumatologie et de gastroentérologie. Une étude réalisée au centre médical Cedars-Sinai a mis le doigt sur un test qui pourrait identifier ce lien.

Le syndrome de l’intestin irritable est le diagnostic gastro-intestinal le plus courant, la prévalence dans certaines populations étant aussi élevée que 30 %. Le SII est beaucoup plus courant chez les femmes que chez les hommes et touche environ 13 à 20 % des Canadiens. Les symptômes du SII comprennent des douleurs abdominales, des ballonnements et des habitudes intestinales modifiées, telles que la constipation ou la diarrhée ou des épisodes où la consistance des selles alterne entre les deux extrêmes.

La fibromyalgie est caractérisée par une douleur diffuse dans les muscles, les ligaments et les tendons et est souvent associée à une grande fatigue et à des troubles du sommeil. D’autres symptômes peuvent également se présenter. Elle n’est pas associée à une inflammation des tissus, et la cause de la douleur est inconnue. La fibromyalgie semble être plus fréquente selon l’âge, 2 % de la population en étant atteinte à l’âge de 20 ans et 8 %, à l’âge de 70 ans. Elle est environ dix fois plus fréquente chez les femmes que les hommes. Dans environ la moitié des cas de fibromyalgie, les symptômes commencent à la suite d’un événement bien précis, s’agissant la plupart du temps d’un traumatisme physique ou émotionnel ou d’une maladie ressemblant à la grippe.

Dans une étude remontant à plus loin menée en Irlande, des chercheurs ont comparé un groupe de patients atteints de fibromyalgie et du SII à des groupes témoins en santé et des groupes témoins souffrant d’autres maladies. Ils ont étudié quatre groupes composés de 20 patients chacun, chaque groupe souffrant d’une maladie différente, notamment la fibromyalgie, le SII, l’arthrite inflammatoire et la maladie inflammatoire de l’intestin, en plus de 20 personnes témoins en santé. Au moyen de critères de diagnostic rigoureux, deux enquêteurs ont évalué chaque groupe pour déceler les symptômes et les indices de fibromyalgie et du SII. Une sigmoïdoscopie a été pratiquée lorsque cela a été jugé nécessaire. Les résultats indiquent que 70 % des patients atteints de fibromyalgie souffraient aussi du SII et que 65 % des patients souffrant du SII avaient également la fibromyalgie. Dans les groupes témoins, 12 % des personnes avaient la fibromyalgie et 10 % souffraient du SII. Pour conclure, ces résultats indiquent que la fibromyalgie et le SII coexistent souvent.1

Des chercheurs au centre médical Cedars-Sinai ont conclu à la suite d’une étude de petite envergure qu’il semblait y avoir une incidence élevée de prolifération bactérienne dans l’intestin grêle (PBIG) chez les sujets atteints du SII, tel qu’il a été signalé dans le numéro 129, janvier/février 2002, du bulletin The Inside Tract. Il existe des mécanismes dans le corps humain qui aident à empêcher les bactéries qui se trouvent naturellement dans le côlon de refouler dans l’intestin grêle (qui devrait être exempt de bactéries). Un test respiratoire conçu spécialement pour analyser cette prolifération bactérienne, désigné test respiratoire au lactulose, ou TRL, a aidé à identifier les patients atteints du SII qui avaient une PBIG. Grâce à un traitement aux antibiotiques, 48 % des patients chez qui il y avait prolifération bactérienne dans l’intestin grêle se trouvaient soulagés de leurs symptômes associés au SII.2

De nos jours, des chercheurs au même centre médical aux É.-U. utilisent ce TRL pour déceler la présence de microbes dans l’intestin, qui pourrait s’avérer un lien plus étroit entre la fibromyalgie et le syndrome de l’intestin irritable. Selon leur hypothèse, le TRL serait anormal tant chez les sujets atteints du SII que chez les sujets souffrant de fibromyalgie. Ils ont mis cette hypothèse à l’épreuve en faisant passer le test auprès de 42 patients souffrant de fibromyalgie, 111 patients atteints du SII et 15 sujets en bonne santé. La totalité des 42 patients souffrant de fibromyalgie ont obtenu un résultat anormal au TRL, tout comme 93 (84 %) des patients atteints du SII, mais seulement 3 (20 %) des patients du groupe témoin. Chose intéressante, la quantité d’hydrogène produite au cours du test respiratoire au lactulose semblait être en corrélation directe avec l’intensité des douleurs chez les patients souffrant de fibromyalgie, en ce sens que plus la quantité d’hydrogène était élevée, plus intense était la douleur somatique (se rapportant au corps, non pas à l’esprit).3

Pour conclure, des chercheurs ont découvert qu’un TRL anormal pourrait être une caractéristique commune parmi les personnes souffrant de fibromyalgie et du syndrome de l’intestin irritable. Ils ont noté que « d’autres études sont nécessaires pour établir si le traitement et la normalisation du test respiratoire par antibiothérapie peuvent entraîner une amélioration de la fibromyalgie de même que des problèmes intestinaux ».


Publié pour la première fois dans le bulletin The Inside Tract® numéro 142 Mars – Avril 2004
1. Veale D, Kavanagh G, Fielding JF, Fitzgerald O. Primary fibromyalgia and the irritable bowel syndrome: different expressions of a common pathogenetic process. British Journal of Rheumatology 1991; Jun; 30(3): 220-2
2. Pimentel M, Chow E, Lin HC. Eradication of small intestinal bacterial overgrowth reduces symptoms of irritable bowel syndrome. American Journal of Gastroenterology 2000; 95: 3503-3506
3. Pimentel M, Wallace D, Hallegua D, Chow E, Kong Y, Park S. Lin HC. A link between irritable bowel syndrome and fibromyalgia may be related to findings on lactulose breath testing. Annals of Rheumatic Diseases 2004; 63: 450-452