La plupart des affections gastro-intestinales (GI) se divisent en deux catégories : les maladies organiques et les syndromes fonctionnels. Les maladies organiques sont caractérisées par des changements physiologiques quantifiables, tels que les dommages aux villosités causés par le gluten dans la maladie cœliaque et l’inflammation intestinale se manifestant dans la maladie de Crohn. Les troubles GI fonctionnels tels que le syndrome de l’intestin irritable (SII), la dyspepsie fonctionnelle et la douleur abdominale fonctionnelle peuvent provoquer des symptômes qui sont souvent débilitants, mais qu’on n’a pas pu, jusqu’à maintenant, associer à des dommages physiques. Ces symptômes fonctionnels peuvent être une grande source de stress pour les enfants, puisque ceux-ci ne peuvent pas composer aussi bien avec les défis associés aux maladies GI. Ils présentent aussi un défi pour les parents lorsque les médecins ne peuvent pas cerner une cause organique de la douleur et de l’inconfort qui se manifestent chez leur enfant.

 

Prévalence du SII chez les enfants

Les chercheurs estiment qu’entre 13 et 20 % des Canadiens souffrent du SII et des études suggèrent que cette affection pourrait être tout aussi courante chez les enfants que chez les adultes. Une étude menée auprès de 345 enfants a déterminé que 22,6 % d’entre eux étaient atteints du SII selon le critère de diagnostic de ROME III. Ces enfants étaient plus susceptibles de souffrir du SII à constipation prédominante et d’avoir des parents aux prises avec le SII ou une mère souffrant de dépression. Les chercheurs ont aussi constaté que plus de 80 % des enfants qui répondaient aux critères du SII répondaient aussi aux critères de la dyspepsie fonctionnelle.1

 

Douleur abdominale fonctionnelle et santé mentale

Les enfants souffrant de problèmes GI fonctionnels peuvent aussi souffrir de problèmes de santé mentale, tels que l’anxiété et la dépression. Bien qu’il soit souvent difficile de déterminer quelle affection se présente en premier, il pourrait s’agir d’un cycle qui s’autoperpétue. Des selles douloureuses peuvent accroître l’anxiété d’un enfant déjà tendu, ce qui peut l’encourager à éviter les toilettes, donnant lieu à des épisodes croissants de constipation et de douleur abdominale qui, à leur tour, entraînent davantage de craintes et d’évitement, et ainsi de suite.

Dans le cadre d’une étude publiée en 2013 dans la revue Pediatrics,2 des chercheurs ont suivi 332 enfants souffrant de douleur abdominale fonctionnelle (DAF) et 147 enfants étant des sujets témoins jusqu’au début de l’âge adulte. Au suivi, 41 % des enfants qui souffraient de DAF au début de l’étude répondaient, comme adultes, aux critères standards de troubles GI fonctionnels (SII et dyspepsie fonctionnelle). Environ 62 % de ces participants étaient atteints d’un trouble d’anxiété à un moment donné pendant l’étude, comparativement à 43 % des participants aux prises avec une DAF en enfance, mais n’étant pas atteints d’un trouble GI fonctionnel au suivi et à seulement 20 % des participants du groupe témoin. L’étude suggère qu’il pourrait exister un lien entre l’anxiété en enfance et la douleur abdominale fonctionnelle; de plus, l’anxiété qui se présente en enfance avec la DAF persiste à l’âge adulte, même si la douleur abdominale disparaît.

Une autre étude (menée au moyen d’entrevues téléphoniques auprès des parents de 105 enfants) a montré que 40 % des enfants aux prises avec des problèmes d’anxiété présentaient des symptômes d’un trouble GI fonctionnel, comparativement à seulement 6 % des enfants du groupe témoin.3

 

Traitements

Le traitement des problèmes GI fonctionnels pourrait comprendre la gestion des symptômes et le counseling. Il est important de souligner que malgré l’absence d’une maladie organique sous-jacente dans les affections GI fonctionnelles, la douleur que connaissent ces enfants est réelle.

Une étude récente menée auprès de 78 enfants atteints du SII a révélé que le maléate de trimébutine, un relaxant des muscles lisses utilisé chez les adultes souffrant du SII, est également efficace chez les jeunes et est indiqué chez les patients de 12 ans et plus.1

Des recherches additionnelles sont requises pour étudier le bienfait potentiel de thérapies psychologiques pour les problèmes GI, non parce qu’elles sont « toutes dans la tête », mais parce que des preuves récentes démontrent que l’anxiété et la dépression pourraient avoir des effets physiques sur les intestins. Une étude récente a montré que la thérapie cognitive comportementale, laquelle aide les enfants souffrant de troubles d’anxiété à considérer des situations neutres comme étant non menaçantes et à réduire la crainte en encourageant des situations saines (p. ex., l’école, la socialisation, l’utilisation des toilettes), réduit aussi la douleur abdominale fonctionnelle.4 Les chercheurs ont bon espoir que cette thérapie pourrait aussi aider les enfants anxieux qui souffrent de constipation fonctionnelle.

Le traitement des affections GI fonctionnelles à l’aide d’antidépresseurs s’avère utile chez certains adultes. Cependant, les experts ne recommandent pas ces traitements chez les enfants puisque ces derniers courent un risque accru de connaître des effets secondaires tels que des pensées suicidaires.5

Consultez votre médecin de famille si votre enfant se plaint de douleur abdominale fréquente et surveillez l’apparition de signes d’anxiété et de dépression.


Publié pour la première fois dans le bulletin Du coeur au ventreMC numéro 188 – 2013
1. Karabulut GS et al. The Incidence of Irritable Bowel Syndrome in Children Using the Rome III Criteria and the Effect of Trimebutine Treatment. Journal of Neurogastroenterology and Motility. 2013;19(1):90-93.
2. Shelby GD et al. Functional Abdominal Pain in Childhood and Long-term Vulnerability to Anxiety Disorders. Pediatrics. 2013;132:475-482.
3. Waters AM et al. Functional Gastrointestinal Symptoms in Children with Anxiety Disorders. Journal of Abnormal Child Psychology. 2013;41:151-163.
4. Levy RL et al. Cognitive-Behavioral Therapy for Children With Functional Abdominal Pain and Their Parents Decreases Pain and Other Symptoms. American Journal of Gastroenterology 2010;105:946–956.
5. Tan E et al. Antidepressants for functional gastrointestinal disorders in children. Canadian Family Physician. 2013;59:263-4.