Enquête de la Société GI auprès des patientes

La constipation idiopathique chronique, affection qui touche beaucoup plus de femmes que d’hommes, peut être extrêmement débilitante. Bien qu’il soit normal de passer des selles aussi fréquemment que trois fois par jour et aussi rarement que trois fois par semaine, une personne atteinte de constipation idiopathique chronique a des selles dures ou grumeleuses qui sont très difficiles à passer. Le terme idiopathique signifie qu’il n’existe aucune cause connue. Les selles peuvent rester dans les intestins pendant plus d’une semaine, l’accumulation dans le côlon occasionnant une pression et une douleur intolérables; il devient alors difficile de se pencher, de s’assoir, d’avoir des relations sexuelles et même de marcher. D’autres symptômes comprennent le manque d’appétit, le mal de dos et un malaise général. Les méthodes habituelles utilisées pour soulager la constipation occasionnelle (p. ex., diètes riches en fibres, laxatifs, lavements) ne fonctionnent pas pour ces patients. Convaincues qu’il n’existe aucune solution à leur maladie, certaines de ces personnes commencent à se retirer de la société.

Dans le cadre de notre travail portant sur la défense des droits des patients, la Société GI mène un sondage continu à l’intention des femmes souffrant de constipation idiopathique chronique afin de connaître leur expérience relative à l’utilisation de Resotran™, un nouveau traitement prometteur pour ce groupe de patientes. Convaincre les organismes décisionnels gouvernementaux et d’autres de la sévérité de la constipation chronique, maladie stigmatisée par la société, pose tout un défi puisque cette maladie est souvent mal comprise et de nombreuses personnes sous-estiment l’impact qu’elle exerce sur la capacité d’une personne de fonctionner. Alors que la plupart des gens ont connu un épisode de constipation ayant été aisément résolu, bon nombre de personnes ne peuvent s’imaginer une telle situation incessante et sous-estiment la gravité de la constipation chronique.

À ce jour, nous avons reçu la contribution de vingt-quatre femmes, la moitié d’entre elles ayant rempli la totalité du sondage. Toutes les femmes qui ont répondu aux questions ouvertes ont signalé de la douleur et des ballonnements constants de même que le besoin d’être toujours près d’une salle de toilette avant le traitement au Resotran. En l’absence d’un traitement efficace, les patientes sont souvent incapables de faire de simples courses à l’extérieur de la maison ou de participer à des sorties sociales ou professionnelles. Les patientes affirment qu’il est même difficile de s’assoir confortablement à la maison et l’intimité sexuelle est problématique. Plus de 50 % des répondantes ont aussi rapporté un sentiment général de malaise et de l’irritabilité.

Cent pour cent des personnes ayant répondu à la totalité du sondage ont relaté avoir utilisé de nombreuses thérapies dont la liste est exhaustive, en plus d’avoir suivi un régime alimentaire riche en fibres et d’avoir consommé des quantités adéquates de liquides. Elles ont toutes exprimé la même chose : « Elles ne fonctionnent pas [pour la constipation chronique]. » Bien que certains traitements puissent entraîner une défécation partielle, ils sont aussi souvent accompagnés de diarrhée et d’autres effets secondaires inconfortables. Lorsqu’ils sont utilisés à long terme, de nombreux traitements contre la constipation occasionnelle viennent à aggraver les symptômes de la constipation chronique. La surutilisation de laxatifs peut provoquer une inertie intestinale, un côlon cathartique, des intestins paresseux ou habitués aux laxatifs, le syndrome de l’intestin irritable, la pancréatite et d’autres problèmes de santé.

Presque toutes les patientes que nous avons interrogées ont décrit Resotran™ comme étant le miracle qui leur a redonné leur vie. Les répondantes ont déclaré avoir connu des passages de selles normaux ou presque normaux avec très peu d’inconfort quelques jours après le début du traitement. Elles ont aussi signalé une amélioration de l’efficacité du médicament au fil du temps. La plupart des femmes ont également affirmé être plus satisfaites de leur qualité de vie après avoir pris Resotran. Plus de 70 % des répondantes ont noté que le fait de n’avoir qu’une pilule par jour à prendre faisait de Resotran un traitement facile à suivre. Près de la moitié des répondantes ont connu une fatigue temporaire, effet secondaire de ce médicament, mais toutes ont déclaré que cet inconfort temporaire en valait bien la peine.

Lorsque les traitements disponibles n’apportent pas de soulagement efficace et que les patientes n’ont pas les moyens de se permettre les médicaments d’ordonnance novateurs comme Resotran™, elles sont incapables de s’acquitter des responsabilités normales de leur vie à l’égard de leur famille, de leur employeur et de leur communauté. La Société GI continuera de défendre les intérêts des patients en ce qui concerne la couverture de médicaments comme Resotran™, conformément au principe directeur voulant que le bon médicament soit abordable et accessible au bon patient, au bon moment.

Si vous êtes une Canadienne ayant reçu un diagnostic de constipation idiopathique chronique et que vous avez essayé Resotran™, veuillez nous aider à appuyer d’autres femmes comme vous en remplissant le sondage confidentiel sur notre site Web, www.mauxdeventre.org.

La plupart des complications de la constipation idiopathique chronique résultent des efforts intenses requis pour passer les selles. Elles comprennent les hémorroïdes, les fissures anales, la diverticulose colique, le saignement rectal et le prolapsus rectal. Lorsque le traitement n’apporte pas un soulagement efficace, les patientes doivent utiliser les ressources hospitalières plus souvent, augmentant le fardeau du système de santé public.


Publié pour la première fois dans le bulletin Du coeur au ventreMC numéro 183 – 2012