La maladie cœliaque est une affection gastro-intestinale auto-immune dans laquelle des dommages se produisent à la muqueuse interne de l’intestin grêle. Chez les personnes atteintes de maladie cœliaque, une substance appelée gliadine (protéine du grain trouvée dans le gluten) déclenche une réponse immunitaire inhabituelle qui entraîne l’aplatissement et la transformation des millions de projections filiformes microscopiques (villosités) qui tapissent la paroi interne de l’intestin grêle. Lorsque les villosités ne fonctionnent pas adéquatement, le corps ne peut obtenir des aliments suffisamment de protéines, de lipides, de glucides, de vitamines et de minéraux, nutriments qui sont essentiels à une bonne santé.

Il existe de nombreux types différents d’affections des nerfs, aussi connues sous le terme de neuropathie. La plus courante est la neuropathie périphérique, qui cause des sensations de fourmillement, d’engourdissement et de brûlement.

Les chercheurs ont depuis longtemps remarqué un lien entre la maladie cœliaque et la neuropathie; ils ont signalé cette association pour la première fois en 1966. Une des études a révélé que de 2,5 à 8 % des patients souffrant d’un type de neuropathie appelé polyneuropathie symétrique distale étaient atteints de maladie cœliaque, taux beaucoup plus élevé que la prévalence normale de 1 % dans la population générale. Dans le cadre d’autres études, celles-ci étant de petite envergure cependant, des chercheurs ont découvert que les patients aux prises avec la maladie cœliaque avaient un taux de neuropathie supérieur aux attentes.

Récemment, des chercheurs ont mené une enquête plus approfondie sur le lien entre la maladie cœliaque et la neuropathie.1 Ils ont comparé 28 232 patients souffrant de maladie cœliaque confirmée par biopsie, à 139 473 sujets témoins, jumelés par âge et sexe, afin de déterminer si les patients atteints de maladie cœliaque connaissaient un différent degré de neuropathie que la population générale.

L’étude a démontré que les patients atteints de maladie cœliaque étaient 2,5 fois plus susceptibles de développer une neuropathie subséquente, une neuropathie inflammatoire démyélinisante chronique ou une mononévrite multiple. Les chercheurs ne savent pas exactement pourquoi ce lien existe, mais ils suggèrent que les personnes souffrant de neuropathie devraient subir un dépistage pour la maladie cœliaque étant donné la forte association. Cependant, si vous êtes atteint de maladie cœliaque, il ne faut pas trop s’inquiéter puisque le risque est quand même très faible. Même si la neuropathie touche une proportion nettement plus élevée des patients souffrant de maladie cœliaque, seulement 0,7 % de ces patients développeront effectivement une neuropathie, comparativement à environ 0,3 % de la population générale.

Quoique cette étude ait porté principalement sur la neuropathie, elle a aussi dégagé d’autres résultats intéressants. Comme nous l’avons indiqué dans le passé, les personnes atteintes de maladie cœliaque comportent un risque accru de diabète de type 1. Dans le cadre de cette étude, on a constaté que le diabète de type 1 touchait 0,4 % des témoins et 3,2 % des patients souffrant de maladie cœliaque.

MYTHE DÉTRUIT

Maladie cœliaque et mortalité

Les personnes touchées par la maladie cœliaque sont plus susceptibles de recevoir un diagnostic d’autres maladies, ce qui peut être une source d’angoisse et d’inquiétude, certains se demandant si la maladie pourrait augmenter le risque de décès prématuré. Une étude récente2 a cherché à établir si les personnes atteintes de maladie cœliaque étaient plus prédisposées à une mortalité associée aux maladies que celles ne souffrant pas de maladie cœliaque. Les chercheurs ont trouvé que les patients atteints de maladie cœliaque n’étaient pas plus susceptibles de mourir précocement que ceux n’étant pas touchés par l’affection. Il n’y avait aucune incidence accrue de décès causé par le cancer, une maladie cardiovasculaire, une maladie respiratoire ou une maladie digestive. Quel soulagement!


Publié pour la première fois dans le bulletin Du coeur au ventreMC numéro 194 – 2015
1. Thawani SP et al. Risk of Neuropathy Among 28232 Patients With Biopsy-Verified Celiac Disease. JAMA Neurology. 2015;72(7):806-11.
2. Abdul Sultan A et al. Causes of death in people with coeliac disease in England compared with the general population: a competing risk analysis. Gut. 2015;64(8):1220-6.