Ce que vous buvez et vos habitudes de consommation peuvent influencer votre risque de maladie

Le pancréas est une glande plate (qui sécrète des hormones pour réguler les taux de sucre dans le sang) et organe digestif (qui produit des enzymes digestives) situé derrière l’estomac. La pancréatite est l’inflammation du pancréas. La maladie se manifeste sous deux formes – aiguë et chronique.

La pancréatite aiguë se manifeste par une apparition soudaine de symptômes dont la sévérité peut varier de bénin jusqu’à constituer un danger de mort. Parmi les symptômes, on compte souvent la nausée accompagnée d’une douleur dans l’abdomen supérieur ou le dos. Les cas graves peuvent entraîner des complications importantes telles que l’infection, l’hémorragie, la défaillance d’autres organes comme les poumons ou les reins ou la collection de liquides dans l’abdomen.

Les calculs biliaires sont la cause la plus courante de la pancréatite aiguë, suivie de près par la consommation d’alcool et ensuite par plusieurs autres causes moins communes. Contrairement à la pancréatite causée par les calculs biliaires, la pancréatite causée par la consommation d’alcool est la plus dangereuse puisqu’elle peut entraîner une pancréatite chronique.

De nombreuses études ont démontré une corrélation entre la consommation d’alcool et le risque de pancréatite aiguë. Les chercheurs se sont cependant demandé pourquoi seulement 1 à 3 % des buveurs excessifs d’alcool (ceux consommant de quatre à cinq boissons alcoolisées par jour) développeront une pancréatite aiguë sur une période de 10 à 20 ans. Des recherches antérieures ont suggéré une association entre la vente de spiritueux et l’incidence de pancréatite aiguë. En Suède par exemple, une baisse de l’incidence de pancréatite aiguë a été observée lors des années 1970 et 1980 lorsque la vente de boissons fortement alcoolisées a connu une diminution tandis que la vente de vin et de bière a connu une augmentation.

Par contraste, la pancréatite chronique est une maladie de longue durée qui persiste même après résolution de l’élément déclencheur. Elle est caractérisée par la cicatrisation et la destruction irréversible du tissu pancréatique. L’abus d’alcool est généralement la cause de la pancréatite chronique.

 

Nouvelles recherches

Les résultats d’une étude, la première de grande envergure s’étant penchée sur la quantité et la sorte d’alcool consommé en une seule occasion et pendant certaines durées, ont récemment été publiés dans le British Journal of Surgery,1. L’étude a révélé des résultats intéressants qui sont importants pour toute personne qui consomme de l’alcool, que ce soit régulièrement ou rarement. Les résultats ont démontré que la consommation de quantités importantes de boissons fortement alcoolisées en une même occasion augmente de façon importante le risque de développer une pancréatite aiguë.

Les chercheurs ont suivi 84 601 personnes âgées de 46 à 84 ans pendant environ une décennie;  513 d’entre elles ont développé une pancréatite aiguë. Les participants étaient représentatifs de la population suédoise, la majorité ne consommant habituellement pas plus d’une à deux boissons alcoolisées par jour. Ils ont tous rempli des questionnaires relatifs à leur consommation d’alcool et de tabac, à leur diète et à d’autres facteurs de mode de vie, et ils ont aussi fourni leurs antécédents médicaux. Les chercheurs ont lié ces informations aux dossiers d’admission hospitaliers traitant de pancréatite aiguë à l’aide du registre suédois des patients (Swedish Patient Register).

L’étude a révélé que pour chaque incrément de cinq boissons fortement alcoolisées (une boisson est 40 mL) consommées en une même occasion, le risque de développer une pancréatite aiguë augmente de 52 %. Ce risque n’était cependant pas associé à la consommation de bière ou de vin lors d’une même occasion. Les personnes buvant n’importe quelle quantité de bière ou de vin sur une courte ou longue période de temps n’étaient pas plus susceptibles de développer une pancréatite aiguë que les personnes ne buvant pas de boissons alcoolisées. Les chercheurs ont aussi constaté que la quantité totale de boisson fortement alcoolisée consommée sur une période d’un mois n’avait aucun effet sur le développement de la pancréatite.

 

Effet antioxydant

Les auteurs de l’étude croient que ces résultats reflètent peut-être la capacité antioxydante du vin et de la bière. Une des façons par lesquelles l’alcool endommage le pancréas est par la production d’un stress oxydatif. Contrairement aux spiritueux, le vin et la bière contiennent tous deux des polyphénols, antioxydants qui neutralisent l’oxydation néfaste.

La modération est toujours sage. Les résultats de cette étude démontrent clairement qu’il faut surtout éviter de consommer de grandes quantités de boissons fortement alcoolisées en une même occasion puisque cela est nuisible au pancréas et peut entraîner une pancréatite ou d’autres problèmes. Si vous vous souciez de votre santé et de votre consommation d’alcool, veuillez en discuter avec votre médecin.


Publié pour la première fois dans le bulletin Du coeur au ventreMC numéro 182 – 2012
1. Sadr Azodi O et al. Effect of type of alcoholic beverage in causing acute pancreatitis. British Journal of Surgery. 2011;98(11):1609-16.