Pour l’esprit, le corps et l’appareil digestif

La recherche a établi des liens entre l’anxiété ou la dépression et le développement de certaines affections gastro-intestinales (GI) et des symptômes connexes. De nombreux symptômes de l’anxiété et du stress peuvent être attribués à la façon dont les personnes respirent. Il existe une différence importante entre une inspiration profonde et une grande inspiration. La plupart des personnes vivant avec l’anxiété, la peur et la panique ont tendance à prendre de grandes inspirations restreintes qui exigent un effort, plutôt que des inspirations profondes, satisfaisantes et relaxantes. Par conséquent, elles respirent avec la partie supérieure de la poitrine (respiration irrégulière), une façon dysfonctionnelle de respirer où l’on respire trop rapidement, pas assez profondément et en utilisant le haut de la poitrine. La respiration irrégulière entraîne une habitude d’hyperventilation de faible intensité, laquelle provoque et maintient des symptômes d’anxiété en gardant le corps tendu et en accélérant le rythme cardiaque.

Regardez-vous dans le miroir tout en prenant une inspiration profonde et examinez le haut de votre poitrine et de votre torse pour déterminer s’ils se déplacent vers le haut. Vos épaules se soulèvent-elles et votre région abdominale se contracte-t-elle lorsque vous inspirez? Vos épaules baissent-elles lorsque vous expirez? Si ces mouvements se produisent, il s’agit d’une respiration irrégulière.

Si vous avez du mal à prendre une inspiration profonde et satisfaisante, si vous avez parfois de la difficulté à reprendre votre souffle ou si vous connaissez des épisodes d’essoufflement (même au repos), vous devriez alors vous efforcer à améliorer votre façon de respirer. Parmi les symptômes de la respiration irrégulière, notons :

  • le vertige;
  • les étourdissements;
  • des problèmes de concentration;
  • des battements cardiaques irréguliers;
  • des battements cardiaques forts;
  • des douleurs à la poitrine;
  • une sensation de picotement ou de fourmillement dans les mains, les pieds et les lèvres;
  • des soupirs ou des reniflements réguliers;
  • des raclements de gorge répétés;
  • les tensions du cou, des épaules et du haut du dos;
  • des troubles du sommeil.

Une respiration saine ressemble à celle d’un nouveau-né. En inspirant, la région abdominale se gonfle et les épaules bougent à peine. En plaçant une main sur l’abdomen et une main sur le haut de la poitrine, on ressent que l’abdomen bouge plus que le haut de la poitrine.

Une respiration rapide qui utilise la partie supérieure de la poitrine est une réaction normale à une menace soudaine et est l’un des résultats de la « réaction de combat ou de fuite », laquelle est une réponse interne adaptative et d’instinct au danger. Chez certaines personnes souffrant d’anxiété et de stress, cette respiration du haut de la poitrine devient permanente. Elles respirent tout comme si elles affrontent un danger imminent ou si un événement fâcheux se produira à n’importe quel moment. Cela conserve le corps dans un état d’hyperstimulation ou d’hypervigilance. Des études ont conclu que ce type d’anxiété ou de stress constant a des répercussions négatives sur le fonctionnement du tractus GI.

Chez certaines personnes, ce mode de respiration peut avoir débuté tôt dans la vie, surtout si elles ont grandi dans un environnement imprévisible, volatil et chaotique ou un environnement dans lequel régnaient le conflit ou les critiques. D’autres personnes signalent un changement distinct dans la façon dont elles respirent à la suite d’une chirurgie, d’un accident d’automobile ou d’une perte importante. Des pensées négatives quotidiennes telles que « Que se passera-t-il si j’échoue? Que se passera-t-il s’ils ne m’aiment pas? Je devrais…, je pourrais…, je dois… », résultant de craintes, de nervosité et de peurs, contribuent toutes à soutenir la respiration irrégulière.

Bien que des événements du passé soient à l’origine de cette habitude et que des pensées angoissantes actuelles puissent l’aggraver, vous devez changer vos habitudes de respiration afin de soulager l’anxiété et de découvrir un état de calme. Vous pourriez y arriver avec l’aide d’un thérapeute qui travaille avec la respiration, en pratiquant des exercices de respiration précis et des techniques de relaxation ou en suivant un régime d’exercice régulier qui vous convient.

Bien que les recherches se poursuivent sur les rapports entre l’anxiété et les affections GI, nous savons que la gestion du stress est une composante importante de la santé GI et des traitements connexes. Si les mauvaises habitudes de respiration sont assez puissantes pour produire toute une gamme de symptômes négatifs, il est donc raisonnable de croire que des habitudes de respiration saines peuvent entraîner des expériences positives. Rétablir de bonnes habitudes de respiration peut aider à calmer l’esprit, à soulager les symptômes de l’anxiété et possiblement à enrayer ou à mieux gérer une maladie ou un trouble GI.


Claire Maisonneuve, conseillère clinicienne agréée
Directrice, Alpine Anxiety & Stress Relief Clinic
Publié pour la première fois dans le bulletin Du coeur au ventreMC numéro 185 – 2013