La cause sous-jacente de la maladie inflammatoire de l’intestin (MII) n’est pas connue à l’heure actuelle. Bien que les aliments que vous mangez ne provoquent pas la MII, ils peuvent avoir un effet sur certains des symptômes de la maladie, alors les choix que vous faites importent vraiment. Si la MII vous affecte, aspirez à bien connaître le sujet et à devenir en forme en termes « nutritionnels ». Étant donné que la tolérance à la nourriture est une expérience très personnelle, nous énonçons ci-dessous quelques lignes directrices et suggestions alimentaires plutôt que des règles. Ces suggestions pourraient, comme elles pourraient ne pas, fonctionner pour vous. Alors, comment faire pour savoir ce qui fonctionne pour vous? Expérimentez! Essayez d’introduire un aliment à la fois dans votre diète, ou d’en éliminer un à la fois, pendant environ une semaine, puis soyez attentif aux résultats favorables ou néfastes. Les diététistes désignent ce processus sous le nom de « diète en fonction de la tolérance ». En procédant de cette façon, vous devenez expert en votre propre alimentation.

Vous pouvez aussi essayer de garder un journal alimentaire pour vous aider à cerner les aliments auxquels vous être particulièrement sensibles. C’est facile à faire. Utilisez un petit calepin ou un bloc-notes pour y inscrire tous vos repas en précisant les ingrédients spécifiques, les portions, l’heure du jour et dans quelles circonstances vous avez pris le repas ou la collation (p. ex., « sur le pouce », à table à la maison, au restaurant). Notez également tous les symptômes liés à l’intestin que vous éprouvez. Les femmes voudront peut-être aussi noter où elles en sont dans leur cycle menstruel.

Les choses à guetter qui pourraient être à l’origine de vos problèmes En règle générale, quand votre maladie est dans une phase active, les aliments à haute teneur en fibres ne sont pas recommandés parce qu’ils égratignent ou irritent les intestins pendant qu’ils y sont en transit. Les aliments fibreux et volumineux peuvent parfois contribuer à un blocage intestinal, surtout si vous êtes porté aux sténoses. Quand votre maladie n’est pas active, vous pourrez peut-être augmenter graduellement la quantité de fibres dans votre diète.

 

Aliments à haute teneur en fibres que vous voudrez peut-être éviter :

  • Les noix et les graines, incluant les petites baies avec des graines comme les fraises et les framboises
  • Les graines de sésame – si vous mangez un hamburger dans un restaurant et que le pain est couvert de graines de sésame, demandez que le vôtre soit servi avec deux parties inférieures
  • Dites adieu au maïs soufflé et au maïs, qui sont très irritants
  • Enlevez les pelures externes rudes des légumes comme la pomme de terre, la courge, l’aubergine, la tomate et le concombre

 

Encore plus sur les fibres :

  • Renseignez-vous sur les fibres, car vous aurez peut-être besoin d’un régime pauvre en fibres lorsque vous éprouverez une poussée active de la maladie – parmi les choix à faible teneur en fibres, mentionnons les pommes pelées, les bagels nature et les pommes de terre pelées
  • En revanche, l’ajout d’un supplément de fibre commercial pourrait justement être ce dont vous avez besoin pour garder votre intestin en santé, même avec la MII – demandez à votre médecin ce qu’exige votre situation particulière

 

Pour réduire les gaz intestinaux, de même que le ballonnement et l’inconfort qui les accompagnent, essayez ce qui suit :

  • Évitez les aliments flatulents comme les fèves, le chou et le brocoli, mais seulement s’ils sont un problème pour vous – si vous éliminez trop d’aliments de votre diète, vous risquez de ne pas avoir une diète équilibrée
  • Évitez de boire des boissons chaudes à petites gorgées, de sucer des bonbons, de fumer ou de mâcher de la gomme, afin de réduire la quantité d’air ingérée ou avalée

 

Conseils pour avoir une nutrition adéquate :

  • Si vous suivez une diète très restrictive, parlez à votre médecin au sujet d’un apport complémentaire au moyen d’une multivitamine quotidienne.
  • Assurez-vous de consommer suffisamment de protéines, car votre corps en a besoin pour guérir.
  • Si vous prenez des immunosuppresseurs, tels que l’azathioprine (Imuran®), la cyclosporine, la mercaptopurine (6-MP) (Purinethol®) ou le méthotrexate sodique (Rheumatrex™), envisagez de boire de l’eau embouteillée pour éliminer tous les germes possibles, tout en gardant à l’esprit le fait que l’eau embouteillée peut contenir des niveaux élevés de bactéries si la bouteille a été ouverte, même si elle est réfrigérée.
  • Dites bonjour aux acides gras oméga-3, dont notre corps a besoin tous les jours et qui réduisent incontestablement l’inflammation. Vous trouverez plus loin des sources de ce nutriment important.
  • Certaines personnes ont des douleurs parce qu’elles évitent la nourriture et elles ont donc tout simplement faim ou soif; continuez de manger et de boire même si vous redoutez les conséquences possibles.
  • Buvez de l’eau ou des boissons sans caféine et non alcoolisées comme le lait écrémé, le jus de fruit à 100 % et des soupes pour rester hydraté. Certains des premiers signes de déshydratation sont la fatigue, les maux de tête, la bouche sèche et l’urine foncée avec une odeur forte. L’eau est utilisée par chaque cellule du corps et elle facilite l’absorption, la digestion et le transport des nutriments. Les conséquences de la déshydratation sont, entre autres, une déficience cognitive, la constipation, des infections urinaires et des plaies qui guérissent mal.

 

Si la diarrhée est un problème, alors ces conseils pourraient vous être particulièrement utiles :

  • Les suppléments liquides, tels que Boost® et Ensure®, offrent de grands avantages nutritionnels, mais peuvent causer la diarrhée, quoique certaines variétés de ces produits contiennent plus de fibres pour atténuer cet effet. Boire ces boissons lentement en prenant des petites gorgées pourrait aider à prévenir la diarrhée.
  • Renseignez-vous au sujet des probiotiques, les bonnes bactéries intestinales, et des prébiotiques, les aliments que vous mangez qui stimulent ces bonnes bactéries.
  • La diarrhée peut accélérer la déshydratation, surtout pendant les mois chauds de l’été, et cela peut conduire à une perte d’électrolytes. Les boissons énergétiques comme Gatorade® (qui contient des glucides, des minéraux, du sodium, du potassium et du chlorure) et Powerade® (qui contient des glucides, du potassium, du sodium, et des vitamines B3, B6 et B12 – lesquelles jouent un rôle dans le métabolisme énergétique) pourraient aider.
  • Si vous voulez une boisson de remplacement glucose-électrolytes faite à la maison, essayez cette recette :
    Préparez le verre 1 et le verre 2 de la façon indiquée ci-après
    Dans le verre 1, mélangez :

    1 tasse de jus de fruit
    ½ c. à thé de sucre ou de miel
    Une pincée de sel de table
    Dans le verre 2, mélangez :
    1 tasse d’eau bouillie ou gazéifiée
    ¼ c. à thé de bicarbonate de soude
    Prenez une gorgée du verre 1, ensuite une gorgée du verre 2 et continuez ainsi jusqu’à ce que vous n’ayez plus soif.

Si vous éprouvez de la douleur ou de la distension ou si vous remarquez la présence de sang, consultez votre fournisseur de soins de santé.

 

Autres suggestions alimentaires pour garantir la « bonne forme nutritionnelle » quand vous vivez avec la MII :

  • Mangez lentement et mastiquez bien les aliments
  • Prenez de fréquents petits repas pendant la journée, dans une ambiance reposante
  • Cuisez bien les aliments pour les rendre plus mous et pour réduire la contamination
  • La salade vous pose des problèmes? Essayez de la manger à la fin du repas, comme le font les Français!
  • Évitez l’alcool
  • Évitez la caféine (p. ex., café, thé, boissons gazeuses, boissons énergétiques, chocolat)
  • Les aliments chauds et épicés sont des irritants pour certaines personnes, alors que d’autres les tolèrent bien; certains aliments épicés peuvent même réduire l’inflammation

Assurez-vous de vous laver les mains avant de manger ou de préparer les aliments, et surtout après être allé aux toilettes, car se laver les mains est le moyen le plus important de prévenir la propagation d’infections provenant de virus et de bactéries – même la grippe.

Une consultation auprès d’une diététiste spécialisée dans la maladie inflammatoire de l’intestin peut aussi vous être bénéfique. Certaines provinces possèdent un service d’écoute gratuit avec des diététistes-conseils, tel que Dial-A-Dietitian en C.-B. au 1-800-667-3438 ou www.dialadietitian.org, et la plupart des hôpitaux offrent des services de counseling en nutrition. Votre médecin de famille peut aussi vous recommander à quelqu’un. Le site Web national, Les diététistes du Canada, au www.dietitians.ca, est également très utile.

Expérimentez et découvrez plusieurs améliorations bien simples qui, mises ensemble, feront une énorme différence! Bonne chance!


Groupe de soutien de la MII, Vancouver
Publié pour la première fois dans le bulletin The Inside Tract® numéro 156 – Juillet/Août 2006