Un talent musical émergent et une brillante source d’inspiration canadienne

L’énergie positive et contagieuse de John O’Regan (également connu sous le nom de Diamond Rings) et la passion avec laquelle il poursuit ses rêves sont source d’inspiration, surtout du fait qu’il souffre d’une affection chronique comme la maladie de Crohn. La maladie de Crohn est une maladie inflammatoire de l’intestin (MII) couramment diagnostiquée chez les jeunes personnes et peut toucher n’importe quelle partie du tractus gastro-intestinal.

O’Regan, maintenant dans la vingtaine, a appris il y a quelques années qu’il était atteint de la maladie de Crohn alors qu’il était en tournée avec son groupe musical post-punk de l’Ontario, The D’Urbervilles. Après plusieurs mois de traitement, il a quitté l’hôpital muni d’un diagnostic qui a de quoi changer une vie et de nombreuses nouvelles chansons. Contrairement à son rôle plus traditionnel au sein du groupe The D’Urbervilles, en solo, sous le nom de Diamond Rings, il est un pionnier de la mode, un innovateur de la danse et un héros de la musique populaire électrique, ce qui fait qu’on remarque son talent partout en Amérique du Nord. Il a bien voulu prendre un moment lors d’une tournée récente pour partager son histoire avec la Société GI.

 

Peux-tu nous décrire l’expérience qui a mené à ton diagnostic de la maladie de Crohn?

 

Mon expérience a été plutôt traumatique et je m’en souviens clairement. Le groupe dans lequel je jouais à ce moment revenait tout juste à Toronto à la suite d’une tournée d’un mois. Nous nous apprêtions pour notre dernier spectacle lorsque soudainement j’étais atteint de fièvre et j’éprouvais une douleur intense à l’abdomen. La situation s’est avérée assez sérieuse pour annuler le spectacle et ma troupe m’a conduit directement à la salle d’urgence de l’hôpital qui se trouvait heureusement juste à quelques rues de là. Les infirmières m’ont donné des médicaments et lorsque je me suis réveillé le lendemain matin, on m’a appris que je souffrais de la maladie de Crohn.

 

De qui consiste ton cercle de soutien et comment a-t-il su t’aider?

 

Tout le monde a été vraiment obligeant. J’avise tout de suite les personnes avec qui je travaille de ma situation afin qu’elles sachent à quoi s’attendre. Quelquefois il s’agit tout simplement de m’accorder quelques minutes de plus lorsque nous arrêtons pour faire le plein d’essence sur la route ou de surveiller que ma diète est bonne. Je suis également conscient de prendre suffisamment de repos et d’écouter mon corps autant que possible.

 

Comment ton expérience avec la maladie de Crohn a-t-elle influencé la composition de tes chansons? Il est commun pour les artistes de chercher à s’isoler pour une période de temps afin d’explorer des questions portant sur leur identité, leur vocation d’artiste et parfois simplement pour s’éloigner des autres distractions de la vie pour faire place à la créativité. Dans ton cas, un congé du brouhaha régulier est survenu sous forme d’un long séjour hospitalier. Pourrais-tu nous en parler un peu?

 

Certainement. D’un côté, le diagnostic de Crohn s’est avéré bénéfique. J’ai passé près de trois mois à rentrer et à sortir de l’hôpital soit pour recevoir des traitements, pour attendre une chirurgie ou pour me rétablir d’une chirurgie. Je venais de déménager à Toronto et prendre une pause forcée pour réévaluer mon art tout en étant éloigné du vacarme de la vie quotidienne, fût (rétrospectivement, du moins) exactement ce qu’il me fallait. Il m’est beaucoup plus facile maintenant de prendre du recul et d’atteindre un état d’esprit créateur puisque je suis maintenant à l’aise d’être seul avec mes pensées.

 

Tu émets un air d’énergie positive inépuisable et de charisme. Les personnes qui vivent avec une affection chronique comme la maladie de Crohn peuvent se laisser définir par leur maladie. Cela peut les empêcher de développer leurs talents et de poursuivre leurs plus importants buts, surtout lorsque le diagnostic est posé à un moment formatif tel que lorsqu’on est à l’école secondaire, à l’université ou lorsqu’on débute un premier emploi axé sur la carrière. Tu sembles incarner exactement le contraire. Quels sont tes conseils pour les personnes nouvellement diagnostiquées avec la maladie de Crohn (ou avec toute autre grave affection de santé)?

 

Prenez le temps d’obtenir l’aide dont vous avez besoin et n’hésitez pas à poser des questions. Ce n’est pas parce que vous êtes différent de ce que la société estime « normal » que vous ne pouvez pas accomplir tout ce que vous voulez. Il vous faudra peut-être un peu plus de temps pour y arriver, mais si vous travaillez fort et ne perdez pas vos objectifs de vue, votre réussite sera encore plus gratifiante.


Publié pour la première fois dans le bulletin Du coeur au ventreMC numéro 181 – 2012
Cette entrevue s’est déroulée avec Susan Mersereau, membre du personnel de la Société GI.