Récits de triomphe

Mon histoire est le récit d’un triomphe continuel. Mon cheminement avec une maladie inflammatoire de l’intestin (MII) a débuté à ma naissance avant terme. Je ne pesais alors qu’un peu plus d’une livre, puis j’ai perdu du poids pour ne peser qu’une livre. J’ai connu mon premier triomphe dès l’âge de trois jours, lorsque j’ai subi une colostomie temporaire. Malgré les craintes des médecins que je ne survivrais pas, j’y suis parvenue contre toute attente. Trois mois plus tard, j’ai subi trois autres chirurgies pour inverser la colostomie. Pourtant, les problèmes ont persisté. Tout au long de mon enfance, j’ai souffert de mes troubles intestinaux et j’ai dû suivre un régime alimentaire très strict. Je me suis absentée souvent de l’école, j’ai passé de nombreux jours à l’hôpital et j’ai eu de nombreux rendez-vous avec les médecins. Malgré tous les défis que m’a posés ma maladie, j’ai tout de même pu fréquenter l’école et participer à de nombreuses activités. J’étais membre régulière du club d’art dramatique, membre fondatrice du programme de lait à l’école, bénévole de la Croix-Rouge, membre du programme de recyclage de l’école et bénévole active auprès de la bibliothèque de mon école.

La vie m’a posé de nombreux défis, mais ceux-ci ne m’ont pas empêchée de mener une vie normale. Durant ma dernière année à l’école secondaire, j’ai reçu un certificat pour mon assiduité parfaite et une plaque en reconnaissance de la contribution exceptionnelle que j’ai apportée à mon école. Puis, je suis allée au collège biblique où j’ai suivi le programme de pastorale auprès des aînés, procuré de l’aide aux femmes vivant une grossesse et accompli d’autres travaux bénévoles. J’ai aidé ma communauté en participant au Relais pour la vie de la Société canadienne du cancer, au groupe jeunesse de mon église locale, aux services pastoraux auprès des enfants et des aînés, ainsi qu’à des missions de courte durée. J’ai également participé au festival communautaire local de la fraise.

Au terme de mes études collégiales, j’ai subi une autre colostomie, cette fois-ci permanente. La vie est remplie de défis, mais une stomie ne me gêne pas du tout. Je suis toujours une personne pleine de confiance, qui ne vit que pour l’instant, une personne qui choisit de vivre sa vie à fond de train, sans s’imposer de limites. J’ai même eu l’honneur de compter parmi les quelque 5 000 personnes chanceuses qui ont porté la médaille à l’occasion du 25e anniversaire de la Tournée mondiale Rick Hansen. Ce fut tout un honneur de porter une médaille si spéciale en célébration d’un héros de mon temps. Ma stomie a changé ma vie, mais elle n’a pas changé ma résolution de mener ma vie sans m’imposer de limites.

Je rencontre peut-être d’autres obstacles dans ma journée, mais je continue de faire les choses que je faisais avant ma stomie et bien d’autres encore. Je suis plus forte et je suis fière d’être une stomisée. Je choisis de ne pas craindre l’inconnu et de vivre pour l’instant et l’imprévu. Les défis posés par une stomie rendent la vie réellement imprévisible et je suis tellement heureuse que je puisse poursuivre mon cheminement tous les jours. J’espère que mon histoire aidera d’autres personnes à comprendre que la vie se poursuit même avec une MII et que l’on peut réaliser de grandes choses lorsque l’on croit en soi-même. Certains jours sont plus difficiles que d’autres, mais la vie en vaut la peine.


Publié pour la première fois dans le bulletin Du coeur au ventreMC numéro 189 – 2014