Curcuma

La curcumine (diféruloylméthane) est le composé actif (phytochimique) dans le curcuma, épice populaire de couleur jaune vif trouvée dans les plats au cari. Le curcuma, de la famille du gingembre, est couramment utilisé dans les médecines traditionnelles de l’Inde et de la Chine, ainsi qu’en phytothérapie occidentale, pour traiter des affections telles qu’une mauvaise digestion, des douleurs abdominales et la distension. En 1999, l’Organisation mondiale de la santé l’a recommandé pour le traitement du reflux gastrique, de la flatulence et de la dyspepsie fonctionnelle, tout comme il est utilisé dans les remèdes ayurvédiques.

Il y a dix ans de cela, la Société canadienne de recherche intestinale, organisme caritatif sœur de la Société gastro-intestinale, a financé les recherches du Dr Baljinder Salh sur les bienfaits de la curcumine dans le traitement du cancer du côlon. Le Dr Salh et son équipe à Vancouver ont contribué à la constitution d’un ensemble de données qui montrent que cette épice savoureuse peut aider à empêcher les cellules cancéreuses de se développer dans le côlon.1

Une étude fondamentale2 menée en Inde examinait des souris atteintes de colite induite de façon expérimentale; cette étude a révélé que la curcumine exerçait des effets bénéfiques sur la colite expérimentale en atténuant les processus inflammatoires. Elle pourrait donc être utile dans le traitement de la maladie inflammatoire de l’intestin.

Une étude clinique3 effectuée au Royaume-Uni, qui portait sur 207 patients souffrant du syndrome de l’intestin irritable, a révélé une atténuation de leurs symptômes après qu’ils aient pris des comprimés de curcuma. Les chercheurs ont recommandé que d’autres études plus vastes contrôlées par placebo soient effectuées.

D’autres essais cliniques prétendent que la curcumine peut jouer un rôle thérapeutique particulièrement dans le traitement de la polypose adénomateuse familiale, de la maladie inflammatoire de l’intestin, de la colite ulcéreuse, du cancer du côlon, du cancer pancréatique, de l’hypercholestérolémie, de l’athérosclérose, de la pancréatite, du psoriasis, de l’uvéite antérieure chronique et de l’arthrite. Les chercheurs laissent donc entendre que la curcumine – une épice autrefois reléguée à la tablette de cuisine – est passée en clinique et pourrait s’avérer être la « Curecumine ».4

De nos jours, la curcumine est un ingrédient que l’on étudie avec beaucoup d’intérêt, faisant l’objet de 121 essais cliniques actifs sur le site Web du gouvernement des É.-U.5 en date de septembre 2015; il n’existe pas de moyen semblable de faire des recherches sur des essais cliniques portant sur des produits de santé naturels au Canada.

Profitez de l’expérience savoureuse et aromatique du curcuma et de ses propriétés curatives dans votre nourriture, mais attendez que des recherches additionnelles soient effectuées avant de prendre des suppléments. Nous ne savons toujours pas pourquoi et comment les aliments produisent des bienfaits sur la santé, mais nous savons que rien ne se compare à un produit dans son état naturel.


Publié pour la première fois dans le bulletin Du coeur au ventreMC numéro 195 – 2015
Photo : © bigstockphoto.com/Kenishirotie
1. Moussavi M et al. Curcumin mediates ceramide generation via the de novo pathway in colon cancer cells. Carcinogenesis. 2006;27(8):1634-44.
2. Ukil I et al. Curcumin, The Major Component of Food Flavour Turmeric, Reduces Mucosal Injury in Trinitrobenzene Sulphonic Acid-Induced Colitis. British Journal of Pharmacology. 2003;139:209-218. doi:10.1038/sj.bjp.0705241
3. Bundy R et al. Turmeric Extract May Improve Irritable Bowel Syndrome Symptomology in Otherwise Healthy Adults: A Pilot Study. The Journal Of Alternative And Complementary Medicine. 2004;10(6):1015-1018.
4. Goel A et al. Curcumin as “Curecumin”: From kitchen to clinic. Biochemical Pharmacology. 2008;75(4):787-809.
5. https://clinicaltrials.gov/ct2/results?term=curcumin&pg=1