Êtes-vous âgé de plus de 65 ans?

Apprenez-en plus sur la maladie cœliaque chez la population vieillissante

Depuis quelques années, la maladie cœliaque est passée d’une maladie quelque peu connue à un sujet qui fait l’objet de vives discussions et d’une exposition médiatique importante. On a aussi vu l’apparition de nombreuses recettes qui conviennent aux personnes atteintes de la maladie cœliaque, ainsi que de sections réservées aux mets sans gluten sur le menu de bien des restaurants populaires. La maladie cœliaque est une affection auto-immune du tractus gastro-intestinal touchant environ 1 Canadien sur 133.

Chez les personnes atteintes de la maladie cœliaque, une protéine nommée gliadine, composante du gluten retrouvée dans le blé, l’orge, le seigle, le triticale et certains aliments transformés, provoque une réaction immunitaire inhabituelle. Celle-ci endommage les projections filiformes microscopiques (villosités) qui tapissent la paroi interne de l’intestin grêle, réduisant ainsi sa capacité d’absorber certains des précieux nutriments contenus dans les aliments. Les symptômes courants de la maladie cœliaque comprennent la carence en fer, la diarrhée, des changements de poids, la fatigue, l’essoufflement, les crampes, les ballonnements, l’irritabilité et des affections cutanées.

Habituellement, un médecin demandera une analyse sanguine et si celle-ci indique une possibilité de maladie cœliaque, il effectuera un examen scopique afin de prélever un échantillon de tissu de l’intestin grêle, ce qui constitue la norme de référence pour confirmer le diagnostic.

À l’heure actuelle, le seul traitement qui existe pour les personnes ayant reçu un diagnostic de maladie cœliaque est un régime entièrement exempt de gluten. Il est également important pour les patients d’éviter la contamination au gluten dans leur nourriture et leurs effets personnels aussi bien que la contamination croisée par l’intermédiaire d’autres gens qui consomment ou qui utilisent des produits contenant du gluten.

La maladie cœliaque fait typiquement son apparition à un jeune âge, donc les médecins négligent parfois la possibilité qu’elle est la cause de symptômes observés chez des adultes plus âgés ou des aînés, occasionnant un traitement retardé ou une souffrance prolongée.

 

Apparition de la maladie cœliaque chez les aînés

Chez les enfants et les jeunes adultes, les symptômes les plus souvent manifestés sont l’anémie, les retards de croissance, la diarrhée et la perte de poids.

Les personnes chez qui le diagnostic est posé après l’âge de 65 ans (apparition chez les aînés) peuvent présenter des symptômes qui diffèrent de ceux observés chez les plus jeunes personnes.1 L’anémie et les carences en micronutriments sont courantes pour les personnes de tout âge dont la maladie cœliaque n’est pas traitée, puisque l’intestin grêle n’est pas en mesure d’absorber des quantités adéquates de nutriments provenant des aliments. Certains autres symptômes, tels que la constipation et l’obésité, sont courants chez les patients plus âgés souffrant de la maladie cœliaque, mais rares chez les patients plus jeunes.

Les symptômes sont souvent légers chez les patients âgés, et ceux-ci pourraient donc les confondre avec des signes courants du vieillissement et manquer de les mentionner à leur médecin, retardant donc le diagnostic et le traitement.

 

La maladie cœliaque et la santé cardiovasculaire

L’idéal serait pour les gens de faire de la santé cardiovasculaire une priorité dès un jeune âge. Les patients plus âgés atteints de la maladie cœliaque ont un risque accru de développer une maladie du cœur, possiblement parce que la présence d’une inflammation chronique (causée par la consommation de gluten) contribue à des dépôts graisseux et exerce un stress sur les vaisseaux sanguins qui contribuent à la fonction du cœur.2 Un régime alimentaire riche en fruits et légumes, en légumineuses, en protéines maigres comme le poulet et le poisson, en grains céréaliers sans gluten et en substituts, tels que le riz brun et le quinoa, peut aider à améliorer la santé cardiovasculaire et à atténuer les symptômes de la maladie cœliaque. Chez les aînés, un diagnostic précoce est essentiel. Sans l’évitement du gluten, les dommages occasionnés signifient que les patients risquent de ne pas obtenir les nutriments dont ils ont besoin pour les protéger contre la maladie du cœur et d’autres affections liées au vieillissement.

 

L’avenir

Grâce à l’amélioration de nos connaissances sur la maladie cœliaque et ses symptômes, les aînés sont aujourd’hui plus susceptibles de partager leurs inquiétudes avec leur médecin, ce qui pourrait mener à un diagnostic plus exact, et ce, de façon plus rapide. La bonne nouvelle, c’est que tous les symptômes connexes disparaissent habituellement avec l’évitement du gluten.


Publié pour la première fois dans le bulletin Du coeur au ventreMC numéro 202 – 2017
1. Cappello M et al. Elderly Onset Celiac Disease: A Narrative Review. Clinical Medicine Insights: Gastroenterology 2016;9:41-49.
2. Libby P et al; Leducq Transatlantic Network on Atherothrombosis. Inflammation in atherosclerosis: from pathophysiology to practice. J Am Coll Cardiol. 2009;54:2129-2138.