L’appendice, un sac de tissu de 3 à 6 pouces de long en forme de tube, attaché au gros intestin et situé dans la région inférieure droite de l’abdomen, n’a aucune fonction connue. Normalement, l’appendice s’ouvre dans l’intestin. Une appendicite survient lorsqu’un blocage se forme à la jonction de l’appendice et du gros intestin. Ce blocage peut être causé soit par une accumulation de matières fécales, par l’excroissance d’un tissu, par une infestation de vers ou par une infection, ce qui peut entraîner le gonflement de la région. Bien qu’une appendicite puisse survenir à tout âge, elle est rarement vue chez les enfants âgés de moins de 2 ans et se manifeste habituellement chez les personnes de 10 à 30 ans.

Certains croient qu’une alimentation faible en fibres contribue à l’accumulation des matières fécales, mais cette théorie demande encore à être prouvée.

Une douleur abdominale est le principal symptôme de l’appendicite. Généralement, la douleur commence dans la région autour du nombril, puis se déplace vers la région inférieure droite de l’abdomen. Les autres symptômes importants sont une perte d’appétit, une légère fièvre, la nausée et parfois des vomissements.

Un appendice enflammé peut parfois se rompre dans les 24 premières heures de l’apparition des symptômes. S’il y a rupture de l’appendice, une infection peut se propager à l’ensemble du péritoine, la membrane qui tapisse les parois de l’abdomen. Les risques de rupture sont plus élevés chez les jeunes enfants et les adultes plus âgés. Pour ces personnes, l’établissement du diagnostic peut être retardé, car leurs symptômes ne sont pas toujours aussi apparents que les symptômes des enfants plus âgés et des jeunes adultes. Un appendice rompu qui n’est pas traité peut entraîner la mort.

Une intervention chirurgicale consistant à enlever l’appendice (ce qu’on appelle appendicectomie) est l’unique traitement pour une appendicite. En règle générale, cette opération n’est pas compliquée et comporte peu de risques, à moins que l’appendice n’ait été rompu. Dans la majorité des cas, la personne peut rapidement reprendre ses activités normales et n’aura pas de complications à la suite de l’opération.


Publié pour la première fois dans le bulletin The Inside Tract®  numéro 135 – Janvier/Février 2003.