La science rattrape enfin le folklore

Carolus Linnaeus, un botaniste célèbre, a été le premier à décrire la menthe poivrée, un hybride stérile de la menthe verte et de la menthe aquatique, lorsqu’il la recueillie en Angleterre en 1753, mais les gens utilisaient la menthe poivrée à des fins médicinales bien des siècles avant cela. Les praticiens de la médecine parallèle imputent à la menthe poivrée de nombreux bienfaits, dont la stimulation de la digestion, et ce n’est que récemment que des chercheurs ont commencé à étudier son utilisation potentielle en médecine traditionnelle.

L’efficacité de la menthe poivrée à soulager divers symptômes associés au SII a été bien documentée et décrite dans des numéros antérieurs du bulletin The Inside Tract®.1,2 Les chercheurs ont attribué la capacité de la menthe poivrée à soulager les symptômes du SII, comme la constipation et les ballonnements, essentiellement à ses propriétés antispasmodiques. Le menthol contenu dans la menthe poivrée a un effet relaxant sur le muscle lisse des intestins. De même, dans une étude récente portant sur la menthe poivrée sous forme de supplément entérosoluble pour le traitement de la douleur associée au SII, les chercheurs ont constaté qu’elle avait un effet analgésique chez la plupart des participants à l’étude souffrant du SII, attribuant encore une fois cet effet analgésique à ses propriétés antispasmodiques.

En Australie, des chercheurs ont récemment fait une percée dans la compréhension de la façon dont la menthe poivrée fonctionne exactement dans l’intestin pour réduire la douleur associée au SII.3 Lorsque les personnes souffrant du SII éprouvent des symptômes, les fibres nerveuses dans leur côlon sont hypersensibles, occasionnant une douleur abdominale. Les chercheurs ont découvert que la présence de concentrations élevées de menthol dans la menthe poivrée a un effet antispasmodique et stimule le canal anti-douleur, appelé TRPM8, qui rend temporairement les fibres ressentant la douleur dans l’intestin moins sensibles. Les auteurs de l’étude croient que cette nouvelle découverte pourrait mener au développement d’une huile de menthe poivrée pour le traitement habituel du SII et d’autres affections GI où il y a présence de douleur abdominale émanant du côlon.

Bien que l’on considère la menthe poivrée sécuritaire pour usage normal, de fortes doses pourraient avoir des effets néfastes et parfois nuire à l’absorption des vitamines, des minéraux et des médicaments. Comme c’est le cas pour tout traitement, il est important que vous parliez à votre médecin pour savoir ce qui convient le mieux pour vous.


Publié pour la première fois dans le bulletin Du coeur au ventreMC numéro 181 – 2012
1. Cappello G et al. Peppermint oil (Mintoil) in the treatment of irritable bowel syndrome: a prospective double blind placebo-controlled randomized trial. Dig Liver Dis. 2007;39(6):530-6.
2. Merat S et al. The effect of enteric-coated, delayed-release peppermint oil on irritable bowel syndrome. Dig Dis Sci. 2010;55(5):1385-90.
3. Harrington AM et al. A novel role for TRPM8 in visceral afferent function. Pain. 2011;152:1459-68.