Des chercheurs en Australie ont récemment étudié le sous-citrate de bismuth colloïdal (bismuth à prise orale) comme traitement possible à long terme pour la diarrhée chronique et difficile à traiter (réfractaire), associée à certains types de maladie inflammatoire de l’intestin (MII) et pour le syndrome de l’intestin irritable à diarrhée prédominante (SII-D).1 Les chercheurs ont choisi d’étudier ce produit au lieu du sous-salicylate de bismuth (l’ingrédient actif du Pepto-Bismol®) parce que ce dernier contient aussi du carbonate de calcium, lequel peut avoir des effets sur les intestins et nuire à l’analyse. L’étude de petite envergure qui comptait seulement 31 patients a démontré que ce type de bismuth s’avère prometteur comme traitement efficace des symptômes de la diarrhée chronique réfractaire dans les cas de pochite, de colite indéterminée et de SII-D, mais non dans les cas de colite ulcéreuse ou de colite microscopique. Une personne atteinte du SII-D répond aux critères de Rome relatifs au SII, mais le symptôme prédominant est la diarrhée.

La colite indéterminée est une forme de MII pour laquelle les médecins ne peuvent pas, à l’aide des tests diagnostiques actuellement disponibles, poser un diagnostic définitif de la maladie de Crohn ou de la colite ulcéreuse, les deux formes les plus courantes de la MII. Certains patients atteints de colite ulcéreuse ou de colite indéterminée subissent une chirurgie pour retirer une partie ou la totalité du côlon, ce qui se traduit fréquemment en la pratique d’une ouverture (stomie), habituellement à l’avant de l’abdomen en dessous de la taille, qui sert à éliminer les déchets du corps. Chez certains des patients, les chirurgiens peuvent, au lieu de pratiquer une stomie, conserver une partie du muscle anal et créer un réservoir iléo-anal (sac) pour permettre au patient d’éliminer les déchets d’une façon qui ressemble de plus près à la voie anatomique habituelle. La pochite, une complication qui peut se produire à la suite de cette procédure, est une inflammation ou une infection du sac chirurgicalement créé, provoquant de la diarrhée, des crampes et des ballonnements.

Les chercheurs souhaitaient étudier le bismuth à prise orale pour de nombreuses raisons :

  • La recherche a démontré que le bismuth à prise orale est efficace pour la prévention de la diarrhée du voyageur et pour le traitement des ulcères associés à une infection par Helicobacter pylori.
  • En plus de ses propriétés antibactériennes connues, des études antérieures suggèrent que le bismuth pourrait aussi exercer un effet anti-inflammatoire.
  • Le bismuth à prise orale est mal absorbé par le petit intestin ce qui signifie qu’en grande partie il est acheminé au côlon, l’endroit exact où il doit se trouver pour agir contre la diarrhée.
  • Des recherches beaucoup plus anciennes, mais intéressantes ont démontré qu’une thérapie par lavement pratiquée avec des composés arsénieux était prometteuse pour l’induction d’une rémission de la proctite ulcéreuse; cependant, la nature toxique de l’arsenic n’en fait pas un traitement idéal. L’arsenic et le bismuth appartiennent au même groupe dans le tableau périodique.

Les 31 participants à l’étude étaient des patients d’une clinique australienne ne pouvant tolérer ou ne répondant pas bien à des traitements traditionnels contre la diarrhée chronique réfractaire. Les participants ayant >4 selles liquides par jour et ne répondant pas à un traitement primaire pour la maladie étant associée à ce symptôme, au lopéramide ou à d’autres traitements pertinents, ont été considérés par les chercheurs comme ayant une diarrhée réfractaire.

Après quatre semaines d’un traitement au bismuth à prise orale de 120 g ou de 240 g, deux fois par jour, 23 patients ont eu une réponse clinique et ont continué à suivre le traitement au bismuth. Après avoir suivi pendant un an un traitement au bismuth à prise orale, deux fois par jour, 12 des participants ont continué à démontrer une réponse soutenue. Onze sur douze des participants souffrant d’une pochite ont bien répondu au traitement après quatre semaines et six ont eu une réponse soutenue après un an. Trois patients sur quatre atteints de colite indéterminée ont eu une réponse soutenue. Chez le groupe de patients souffrant du SII-D, trois patients sur quatre ont démontré une réponse initiale au traitement tandis que deux ont eu une réponse soutenue.

Bien qu’il ne s’agisse que d’une petite étude rétrospective, les chercheurs affirment que le succès du traitement à éliminer une diarrhée persistante, laquelle avait accablé certains patients pendant de nombreuses années, justifie d’autres recherches.

Remarque : Pepto-Bismol est approuvé pour le traitement de la diarrhée, y compris la diarrhée du voyageur. L’étude en question reflète les toutes premières recherches sur le bismuth à prise orale comme traitement d’entretien possible pour la pochite, la colite indéterminée et le SII-D, mais ce médicament n’est pas recommandé comme traitement de longue durée pour ces affections. Quoique des médicaments en vente libre soient rapidement et facilement obtenus, ils sont quand même puissants et vous ne devez les utiliser qu’aux fins précisées sur l’emballage du produit ou selon les instructions de votre médecin.


Publié pour la première fois dans le bulletin Du coeur au ventreMC numéro 187 – 2013
1. Thazhath SS et al. Oral bismuth for chronic intractable diarrheal conditions. Clinical and Experimental Gastroenterology. 2013;6:19-25.