Selon des informations provenant du Royaume-Uni, publiées dans la revue American Journal of Gastroenterology, l’hypnose thérapeutique serait un traitement efficace pour le syndrome de l’intestin irritable (SII).

Le SII se caractérise par un groupe de symptômes fonctionnels, notamment des douleurs abdominales, le ballonnement, la constipation et la diarrhée. Il touche les femmes plus que les hommes et sa cause est inconnue.

Bien que le SII ne soit pas un trouble psychologique, des études antécédentes ont établi que l’hypnothérapie est un traitement efficace. Le National Health Service au Royaume-Uni a mis en place une unité d’hypnothérapie qui compte six thérapeutes sur ses effectifs. Le présent rapport a évalué l’efficacité du traitement auprès des 250 premiers patients de l’unité. Il ne s’agissait pas d’un essai clinique et il n’y avait pas de groupe témoin. Il s’agissait simplement d’un examen du service clinique fourni, effectué à l’aide d’un questionnaire.

Les participants ont reçu 12 séances d’hypnothérapie sur une période de trois mois et ont utilisé un magnétophone entre les sessions afin de pratiquer les techniques. À la suite de l’hypnothérapie, les patients ont signalé des améliorations générales de leur état de santé, ainsi que des améliorations à l’égard d’aspects particuliers tels que l’intensité et la fréquence de la douleur, le ballonnement, le mécontentement à l’égard de leurs habitudes intestinales et le degré auquel le SII fait obstacle à leur vie.

Effectivement, plus des trois quarts (78 %) des participants à l’étude ont signalé des améliorations de leurs habitudes intestinales ainsi que de la fréquence et la consistance de leurs selles après avoir subi une hypnothérapie. Les autres participants n’ont éprouvé aucun changement (13 %) ou ont connu une légère détérioration de leurs symptômes (9 %).

Suite à l’hypnothérapie, les patients ont noté une amélioration de leurs symptômes extracoliques tels que la léthargie, les douleurs corporelles, les maux de dos et les symptômes urinaires. La thérapie aurait également amélioré la qualité de vie des patients et réduit leur anxiété et dépression.

Les conclusions de l’étude semblent suggérer que le traitement était plus efficace pour les femmes que les hommes. Au début de l’étude, les femmes ont coté leurs symptômes associés au SII et leurs symptômes non coliques plus graves que l’ont fait les hommes et se plaignaient de ballonnements plus graves. Cependant, après l’hypnothérapie, les femmes ont coté leurs symptômes du SII et leurs symptômes non coliques plus bas que les hommes.

La différence dans les cotes peut être en grande partie attribuable au fait que les hommes atteints de diarrhée ont démontré une plus faible amélioration que les femmes atteintes de diarrhée, surtout par rapport à l’incidence négative du SII sur leur vie et à leur mécontentement face à leurs habitudes intestinales.

L’auteure principale de l’étude, la Dre Wendy M. Gonsalkorale, atteste que : « Cette étude démontre clairement que l’hypnothérapie demeure un traitement extrêmement efficace pour le syndrome de l’intestin irritable et devrait s’avérer plus économique que d’autres nouveaux médicaments dispendieux qui viendront sur le marché. » Les auteurs du rapport sont convaincus − compte tenu d’études précédentes − que les effets de l’hypnothérapie seront de longue durée.

Ils notent cependant que : « La possibilité que les résultats de cet examen soient influencés de façon quelconque par les attentes des patients par rapport aux résultats du traitement ne peut être entièrement exclue ».


Publié pour la première fois dans le bulletin The Inside Tract® numéro 132 – Juillet/Août 2002
The American Journal of Gastroenterology 2002;97:954-961.