Une analyse non effractive en laboratoire de la calprotectine fécale est facilement accessible comme outil de diagnostic utile de la maladie inflammatoire de l’intestin (maladie de Crohn, colite ulcéreuse et colite indéterminée), assurant aussi le suivi des personnes atteintes de cette maladie, et distinguant celle-ci du syndrome de l’intestin irritable.

La calprotectine est une protéine que l’on peut détecter dans le sang, la salive, le liquide céphalorachidien et l’urine lorsqu’il y a présence d’inflammation en un endroit du corps, bien qu’une analyse de ces liquides ne puisse pas toujours déterminer l’endroit précis de l’inflammation. Lorsqu’elle est décelée dans les selles, la calprotectine est directement associée (comme conséquence de la dégranulation des neutrophiles) à des dommages de la muqueuse intestinale, caractéristique de la maladie inflammatoire de l’intestin.

Si le test décèle une grande quantité de calprotectine dans les selles, il est plus probable que le patient souffre de la maladie inflammatoire de l’intestin (MII), alors que si le test montre un taux faible ou normal de calprotectine, cela est plutôt indicatif du syndrome de l’intestin irritable (SII), une affection fonctionnelle où les habitudes intestinales sont perturbées sans qu’il n’y ait d’inflammation.

Ce test est aussi utile pour les personnes ayant déjà reçu un diagnostic de MII puisqu’il permet de préciser le degré d’inflammation présente. Si une personne ayant reçu un diagnostic de MII présente un taux faible de calprotectine fécale par la suite, cela signifie que l’inflammation est maitrisée et que le régime de traitement fonctionne. Lorsque la gravité des symptômes augmente (poussée), le médecin pourrait ordonner ce test à différents intervalles pour confirmer l’activité inflammatoire de la maladie. Il est important de se souvenir que dans la MII, il peut y avoir la présence d’inflammation sans symptômes et il peut y avoir la présence de symptômes sans inflammation. La surveillance d’un marqueur objectif de l’activité de la maladie, tel que la calprotectine fécale, est essentielle pour optimiser les résultats liés au traitement.

Comparativement à la biopsie intestinale, ce test est non effractif, ne requiert aucune préparation intestinale et est également efficace. Quoique dans certains cas un médecin puisse quand même suggérer une coloscopie et une biopsie, les résultats de ce test l’aide à comprendre les effets des médicaments prescrits sur la MII du patient, lui permettant de modifier le traitement au besoin, et ce, sans examen scopique.

Ce précieux test coûte cher, mais les régimes d’assurance-maladie de l’Alberta et du Québec, ainsi que bien d’autres régimes d’assurance-maladie complémentaire, le paient. Nous espérons que d’autres instances administratives au Canada pourront constater les avantages de l’analyse de la calprotectine fécale afin de l’offrir à ses résidents.

 

Caractéristiques propres à la MII et au SII

Caractéristique SII

Syndrome de l’intestin irritable
(défini selon les critères des symptômes)

MII

Maladie inflammatoire de l’intestin
Maladie de Crohn/colite ulcéreuse

changement structurel des intestins non oui
prévalence de 13 à 20 % 0,7 %
âge tout âge tout âge
sexe plus courant chez les femmes autant chez les femmes que chez les hommes
race toutes chez tous, mais plus courante chez les Juifs, moins chez les Noirs
géographie partout au monde le Canada a un des taux les plus élevés
patients sollicitent soins médicaux environ 30 % presque tous
fièvre, anémie, saignements rectaux, malnutrition non oui
masse abdominale non parfois
complications — intestins, peau, articulations, yeux non oui
espérance de vie normale quasi normale
nécessité de la chirurgie non non
invalidité physique non souvent
comorbidité psychologique parfois parfois
inconvénient social souvent souvent


Publié pour la première fois dans le bulletin Du coeur au ventreMC numéro 195 – 2015