Nombre de personnes souffrant du syndrome de l’intestin irritable (SII) se sentent incapables de manger plusieurs aliments en raison des réactions désagréables qu’ils entraînent. Même si certains aliments leur posent problème, il en existe tout de même beaucoup qu’elles peuvent manger sans crainte. Manger à l’extérieur est encore une expérience dont elles peuvent jouir grâce à une diète qui peut se révéler des plus variées.

Si vous souffrez du SII, vous pourriez être en mesure de minimiser les symptômes provoqués par des aliments en adoptant une diète saine et équilibrée constituée de trois repas et de deux à trois collations par jour. Vous devez veiller en tout temps à ce que votre alimentation soit riche en fibres, faible en gras et contienne beaucoup de fruits et légumes.

Il est très important de noter que la diète d’une personne atteinte du SII est très personnelle, en ce sens qu’une diète qui fonctionne chez une personne peut très bien être inefficace chez une autre. Or, avec le temps, les patients, les diététistes et les médecins ont décelé certains aliments qui semblent causer des problèmes chez bon nombre de personnes. Nous vous encourageons à manger une grande variété d’aliments et certaines des suggestions suivantes pourraient vous être bénéfiques. Toutefois, si elles provoquent des réactions néfastes, vous devriez alors les éviter.

 

Suggestions pour la diète :

  • Mangez tous les légumes cuits, sauf peut-être le chou, le chou-fleur et le brocoli, qui peuvent causer trop de gaz. Cependant, si ces derniers sont vos légumes préférés et que vous les tolérez bien, alors mangez-en aussi.
  • Essayez les fruits sans la pelure. Certaines personnes peuvent éprouver des problèmes avec les melons, les pommes et les agrumes.
  • Certains patients souffrant du SII peuvent bénéficier d’une diète plus riche en fibres. Pour ce faire, il importe d’accroître lentement la quantité de fibres ingérées et de boire de 1,5 à 2 litres d’eau par jour.
  • Les fibres de son peuvent aggraver certains symptômes du SII, alors soyez vigilant et surveillez toute réaction négative à la suite de l’ingestion de cet aliment.
  • En règle générale, les personnes souffrant du SII peuvent tolérer le pain, les pâtes, le riz, les bagels et les craquelins de toutes sortes, dont ceux de seigle, de blé entier, de farine enrichie, sans gluten, etc. Certains ne tolèrent pas bien les graines, mais essayez-les pour voir votre propre réaction.
  • Les produits laitiers causent uniquement des problèmes aux personnes qui sont intolérantes au lactose, alors ne vous en privez pas. Si vous êtes intolérant au lactose en plus de souffrir du SII, vous pouvez essayer les produits sans lactose ou prendre un comprimé Lactaid®.
  • La viande, le poulet et le poisson sont tous des aliments que vous pouvez consommer.
  • Les aliments très épicés, frits ou en sauce ne conviennent pas à certaines personnes.
  • Choisissez les collations suivantes : bretzels, croustilles cuites au four, galettes de riz, yogourt glacé, yogourt faible en gras et des fruits.
  • Améliorez votre alimentation en cherchant les aliments à faible teneur en gras.
  • Quant aux aliments qui pourraient provoquer les symptômes du SII, essayez de les réintégrer dans votre alimentation petit à petit, un à la fois.
  • Certaines personnes ont un truc afin de remédier à leur problème et d’éviter l’apparition de symptômes : elles prennent d’une à trois cuillerées à thé ou trois gélules d’un supplément de fibres solubles avant un repas pouvant déclencher ces symptômes. Toutefois, il importe d’intégrer lentement les fibres à votre diète.
  • Adoptez les méthodes de cuisson suivantes : grillade, au four, au grilloir ou à la vapeur, avec peu ou pas d’huile. Essayez un aérosol de cuisson plutôt que de l’huile.

Lorsque vous prenez des repas à l’extérieur, tentez de choisir des aliments semblables à ceux que vous mangez à la maison. Commandez les sauces et les vinaigrettes à part, évitez les fritures ou les aliments à forte teneur en huile, demandez des aliments peu épicés, prenez une petite portion de dessert et ne mangez pas trop!

Lorsque vous êtes à une fête ou chez un ami, informez votre hôte de vos préférences et de vos besoins dans la mesure du possible; si vous ne pouvez pas, tenez-vous-en aux aliments connus qui vous conviennent et prenez seulement une petite portion d’un aliment que vous savez être déclencheur de symptômes. Si vous n’êtes pas rassasié, mangez de retour à la maison.

Bien que le SII puisse être difficile à gérer, vous devez garder à l’esprit qu’il existe toute une panoplie d’aliments à votre portée. Il est important que vous adoptiez d’abord une diète normale et équilibrée, puis essayiez les aliments que nous venons de suggérer. Si les symptômes continuent de se manifester, tenez un journal dans lequel vous consignerez les aliments et les symptômes connexes, ce qui vous permettra d’écarter les aliments déclencheurs et de privilégier les aliments qui vous conviennent. Plus important encore… Bon appétit!


Naomi Orzech, diététiste, Life Screening Centers
Publié pour la première fois dans le bulletin The Inside Tract® numéro 154 – Mars/Avril 2006