Eosinophilic Gastrointestinal Disease

Les éosinophiles (é-o-sin-o-files) sont un type de globule blanc et sont une composante normale du système immunitaire. En présence d’infection, de cancer ou d’allergies, les éosinophiles augmentent en nombre et deviennent actifs. À court terme, cette réponse est importante et est efficace pour débarrasser le corps des intrus. Cependant, si les éosinophiles sont présents en grand nombre pendant de longues périodes, cela peut produire une inflammation chronique, provoquant des lésions tissulaires.

Au cours des quinze dernières années, les médecins diagnostiquent de plus en plus souvent chez les enfants et les adultes un groupe d’affections rares de cause inconnue (étiologie), que l’on appelle atteintes gastro-intestinales à éosinophiles (EGID). Les EGID se caractérisent par une inflammation chronique du tractus gastro-intestinal (GI) causée par un nombre anormalement élevé d’éosinophiles en l’absence de toute autre cause (p. ex., infection ou cancer).

Les EGID sont classées selon le tissu où s’accumulent les éosinophiles. Chaque type requiert un traitement à long terme et il n’existe aucun remède.

  • L’œsophagite à éosinophiles (EoE) est le type le plus courant d’EGID et se caractérise par un grand nombre d’éosinophiles dans l’œsophage. L’œsophage est le tube qui transporte les aliments de la bouche à l’estomac.
  • La gastro-entérite à éosinophiles (EG) et l’entérite à éosinophiles (EE) touchent l’estomac ou le petit intestin.
  • La colite à éosinophiles (EC) est la forme la plus rare d’EGID et fait référence aux taux élevés d’éosinophiles dans le côlon.

Les EGID peuvent toucher les personnes de tout âge et origine ethnique, bien que le sexe et les facteurs génétiques semblent être associés à ces maladies. La recherche a révélé que 75 % des personnes atteintes d’une EoE sont de sexe masculin et que de 70 à 80 % d’entre elles présentent aussi une affection allergique telle que l’asthme, l’eczéma, ou une allergie saisonnière ou alimentaire.1

 

Symptômes/Diagnostic

Les symptômes varient d’une personne à l’autre selon le type de maladie; ils comprennent la difficulté à avaler, les vomissements, le reflux, la douleur abdominale ou thoracique, aussi bien que des retards de croissance chez les jeunes enfants.

De nombreuses personnes souffrant d’une EGID peuvent passer plusieurs années sans recevoir le bon diagnostic puisque ses symptômes sont semblables à ceux d’autres maladies GI bien connues, telles que le reflux gastro-œsophagien (RGO) pathologique, la maladie de Crohn, la colite ulcéreuse et la maladie cœliaque.

À l’heure actuelle, la seule façon de diagnostiquer une EGID est au moyen de biopsies prélevées lors d’une endoscopie/coloscopie. Pendant l’endoscopie, le médecin insère par la bouche un tube flexible muni d’une lumière et d’une caméra vidéo minuscule (un endoscope) pour examiner l’œsophage, l’estomac et la première section du petit intestin. Pendant la coloscopie, le médecin insère par l’anus un long tube flexible (un coloscope) pour visualiser l’intérieur du côlon. Pendant la biopsie le médecin prélève un minuscule morceau de tissu afin de l’examiner au microscope. Le pathologiste qui examine les échantillons de biopsie cherche la présence de lésions, d’inflammation et d’épaississement du tissu dans toutes les régions du tube digestif.

 

Traitement

Le traitement varie selon la partie de l’appareil GI qui est touché, mais comprend habituellement des médicaments et des modifications au régime alimentaire à la suite d’une évaluation exhaustive pour déterminer s’il y a présence d’allergies alimentaires ou environnementales.

 

Thérapie alimentaire

La thérapie alimentaire est souvent le traitement de premier choix étant donné que les personnes aux prises avec une EGID présentent souvent des allergies alimentaires, lesquelles pourraient être un facteur contribuant aux accumulations élevées d’éosinophiles.

Il existe toute une gamme de thérapies alimentaires pour répondre aux besoins individuels du patient :

  • le régime d’élimination ciblé où tous les aliments identifiés comme « positifs » par des tests d’allergies sont éliminés du régime,
  • le régime d’élimination six-aliments où le patient élimine les six aliments les plus allergéniques (produits laitiers, œufs, blé, soya, arachides/autres noix et poisson/fruits de mer) de son régime au lieu de s’appuyer sur les résultats de tests d’allergies, et
  • le régime élémentaire (option la plus restrictive) où toutes sources de protéines sont éliminées du régime. Le patient obtient ses nutriments d’une préparation à base d’acides aminés, retirant tout autre aliment de son régime. Certaines personnes pourraient nécessiter une sonde d’alimentation puisqu’il est commun de ne pas aimer le goût de la préparation.

Quoiqu’une approche alimentaire puisse être attrayante car elle offre potentiellement un traitement efficace sans médicaments, des facteurs importants, tels que l’aspect financier, doivent être considérés par le patient et sa famille.

Selon la Dre Margaret Marcon, gastro-entérologue pédiatrique au Hospital for Sick Children à Toronto, « Les enfants et les adultes atteints d’une maladie éosinophilique tentent souvent de gérer leurs symptômes au moyen d’une thérapie alimentaire. Malheureusement, cela peut causer des difficultés financières en raison d’un grave manque d’accès au soutien d’un diététiste financé par des fonds publics ou parce qu’ils doivent assumer eux-mêmes les coûts de la préparation pour régime élémentaire. »

Le tarif horaire moyen des services de conseils en matière de nutrition au Canada est de 106 $.2 Cela peut rapidement devenir un coût énorme pour les personnes nécessitant des conseils de façon continue. Au fur et à mesure que le nombre de personnes aux prises avec cette maladie augmente, il sera important d’aborder les problèmes d’accès au soutien d’un diététiste financé par des fonds publics pour s’assurer que les patients reçoivent une nutrition convenable. Les gouvernements provinciaux devraient aussi réexaminer leurs critères d’admissibilité relativement à la couverture publique de la préparation pour régime élémentaire. Par exemple, les personnes habitant en Ontario ne sont pas admissibles à la couverture si elles peuvent tolérer certains aliments solides.3

 

Médicaments

Il n’existe actuellement aucun médicament spécifiquement approuvé par Santé Canada pour ces affections. Cependant, certains médicaments peuvent diminuer le nombre d’éosinophiles et atténuer les symptômes.

Les corticostéroïdes à prise orale tels que le Prednisone® peuvent réussir à réduire le nombre d’éosinophiles. Il existe cependant des préoccupations en ce qui concerne ce type de médicament, notamment l’absorption dans la circulation sanguine et son association à de nombreux effets secondaires.

Les corticostéroïdes en inhalation (topiques), couramment utilisés dans le traitement de l’asthme, peuvent aussi être utilisés pour traiter les EGID, mais par voie orale au lieu de par inhalation. Différentes formes de corticostéroïdes topiques sont disponibles. Les lignes directrices de consensus publiées en 2011 pour l’EoE recommandent le fluticasone (Flovent®) ainsi que le budésonide (Pulmicort®). Le patient prend le fluticasone au moyen d’un inhalateur doseur qui délivre une bouffée du médicament dans la bouche, qui est ensuite avalé. Pour prendre le budénoside, le patient ouvre un petit contenant scellé (ampoule) qui contient le médicament, le mélange avec plusieurs sachets d’un substitut de sucre comme Splenda® et l’avale.1 Une étude récemment publiée portait sur les inquiétudes en ce qui concerne l’administration de doses élevées d’édulcorants artificiels aux enfants. L’étude a déterminé que mélanger le budénoside avec Neocate Nutra, un supplément alimentaire hypoallergénique, est au moins aussi efficace que mélanger le budénoside avec Splenda® dans le traitement des enfants atteints d’EoE.4

D’autres médicaments moins étudiés tels que les antihistaminiques (p. ex., le kétotifène), couramment utilisés pour les affections comme le rhume des foins, l’asthme et l’eczéma, ont aussi été utilisés pour soulager les symptômes des EGID en empêchant le corps de réagir aux allergènes.

Que la maladie soit contrôlée par des modifications à l’alimentation ou par des médicaments, il est important de noter que les symptômes font souvent leur réapparition lorsque l’on met fin au traitement.

 

Gestion/Pronostic

Les patients souffrant d’une EGID nécessitent des soins continus pouvant comprendre des endoscopies additionnelles pour évaluer à quel point le tube digestif répond au traitement en question. Une EGID non traitée peut entraîner une malnutrition, une croissance insuffisante et une anémie. Chez certains patients, l’EoE est compliquée par le développement d’un rétrécissement de l’œsophage (striction) qui peut occasionner des problèmes de déglutition et des étouffements. On ignore pendant combien de temps l’EoE est présente avant d’occasionner la formation de strictions.

Le pronostic à long terme est incertain et il faudra encore beaucoup de travail pour trouver un remède. « Étant donné l’augmentation du nombre de personnes atteintes d’une maladie éosinophilique, il serait utile de mener des études canadiennes en vue de mieux comprendre et traiter ces affections rares, » a prononcé le Dr Jamie Gregor, professeur agrégé en médecine et chef de gastro-entérologie à l’hôpital Victoria à London, en Ontario, et ancien président du Comité de spécialité en gastro-entérologie du Collège royal.

Nous avons besoin de conseils et de recommandations au Canada en ce qui concerne des algorithmes diagnostiques et thérapeutiques uniformes chez les enfants et les adultes, puisque tout gastro-entérologue devrait maintenant pouvoir faire preuve de compétence dans la gestion de cette affection.5

 

Par Nancy Abbey

Nancy AbbeyNancy Abbey est une consultante en soins de santé œuvrant depuis plus de 25 ans dans le secteur de la technologie médicale. En 2007 elle a démarré une entreprise, NewProspex Healthcare Consulting. Une compréhension du système de soins de santé canadien s’est avérée un formidable atout lorsque son fils Jonathan a commencé à avoir des troubles de santé en 2012. Jonathan a reçu un diagnostic d’atteinte gastro-intestinale à éosinophiles, et ensemble, mère et fils travaillent à sensibiliser le public à ce groupe de maladies. Cliquez ici pour en savoir plus sur l’histoire de Jonahan.


Publié pour la première fois dans le bulletin Du coeur au ventreMC numéro 195 – 2015
1. Liacuras, C et al. Eosinophilic esophagitis: Updated consensus recommendations for children and adults. J Allergy Clin Immunol. 2011 July; Vol 128, Number 1
2. Dietitians of Canada. Include Dietitian Services in Health Care Plan – It’s Cost Effective (June 2015). Available at: http://www.dietitians.ca/Dietitians-Views/Health-Care-System/Private-Practice.aspx. Accessed 2015-08-09.
3. Ontario Ministry of Health. Authorization Form for Nutrition Products as an ODB Benefit Under Certain Circumstances. Available at: http://www.forms.ssb.gov.on.ca. Accessed 2015-08-09
4. Rubinstein E et al. Comparison of 2 delivery vehicles for viscous budesondie to treat eosinophilc esophagitis in children. J Pediatri Gastroenterol Nutr. 2014 Sep; 59(3): 317-20
5. Iacucci, M et al. Eosinophilic esophagitis – recognition, diet and drugs. Can J Gastroenterol. 2012 Aug; Vol 26. No 8.