SII et hypnose

Jusqu’à 20 % des Canadiens souffrent du syndrome de l’intestin irritable (SII), un trouble gastro-intestinal fonctionnel qui est chronique et souvent débilitant. Ses symptômes comprennent la douleur abdominale, le ballonnement et des changements dans les comportements intestinaux.1 Le SII peut également présenter de nombreux autres symptômes coliques.

Il existe des preuves croissantes selon lesquelles l’hypnose clinique serait une option efficace pour gérer le SII. Cet article offre un survol de l’hypnose clinique tout en présentant des preuves de son efficacité ainsi que quelques recommandations.

 

Qu’est-ce que l’hypnose clinique?

Pendant ce processus, un clinicien aide le client à passer à un état psychologique particulier mettant en jeu l’attention concentrée et la relaxation approfondie. Une fois que l’état est atteint, le clinicien apprend au client à maîtriser les réponses et les symptômes physiologiques qui ne sont normalement pas sous un contrôle conscient.2 Le clinicien peut utiliser une variété de techniques lors de ce processus, notamment la relaxation musculaire progressive, l’imagerie mentale dirigée et l’utilisation d’images et de métaphores suggestives. Il est important de comprendre que contrairement au portrait sensationnaliste de l’hypnose souvent dépeint par les médias, le client ne perd pas le contrôle lors de l’hypnose clinique. En fait, il conserve la maîtrise de son comportement tout en permettant au clinicien de modifier ses expériences intérieures par l’entremise de suggestions.

 

Preuves démontrant l’efficacité de l’hypnose ciblant les intestins

Presque tous les chercheurs qui ont examiné l’efficacité de l’hypnose contre le SII ont étudié une procédure hypnotique particulière qui cible les intestins (gut directed hypnotherapy – GDH).2 Elle comprend l’éducation relative à l’appareil digestif, l’induction d’un état hypnotique et l’utilisation d’images personnalisées conçues par les spécialistes pour aider à normaliser le fonctionnement intestinal.

Un article de synthèse dans Alimentary Pharmacology & Therapeutics présente l’analyse des résultats provenant de 18 essais qui ont étudié l’efficacité de la GDH.1 Les auteurs ont conclu que leur « revue systématique et approfondie a fourni des preuves suggérant que la GDH est efficace dans la gestion du SII… » Les auteurs ont cependant souligné que ce domaine nécessite des recherches additionnelles puisqu’un bon nombre des études en question ont utilisé des échantillons restreints ou des méthodes de recherche faibles.

Depuis la réalisation de cette revue, les chercheurs ont complété une étude rigoureuse et bien conçue sur l’hypnose qui a été publiée récemment dans The American Journal of Gastroenterology.3 Les chercheurs ont comparé les effets de 12 séances de GDH aux effets de 12 séances de psychothérapie de soutien, répartissant 45 participants de façon aléatoire dans chaque groupe. Les auteurs de l’étude ont constaté que, comparativement aux participants du groupe témoin, les membres du groupe de GDH ont connu des effets positifs sensiblement plus élevés sur leurs symptômes de SII, y compris les symptômes initiaux de selles molles, de selles dures, de douleur, de ballonnements, de gaz, de défécation impérieuse et d’évacuation incomplète. De plus, lors du suivi d’un an, les chercheurs ont noté que les améliorations avaient été maintenues, suggérant que la thérapie par GDH pourrait avoir un effet durable.

 

Recommandations

Pour terminer, voici des recommandations pour toute personne qui envisage ce traitement.

Premièrement, d’après les experts du domaine, les patients devraient considérer l’hypnose clinique comme une thérapie connexe à d’autres approches plus traditionnelles telles que les modifications à la diète et les médicaments, plutôt qu’un remplacement de celles-ci.2

Deuxièmement, il pourrait y avoir des cliniciens dans votre collectivité locale qui sont qualifiés pour offrir l’hypnose clinique, mais qui n’ont pas reçu de formation précise en GDH. Ces cliniciens pourraient en fait vous donner des soins qui sont équivalents à la GDH; cependant, il faut comprendre que la recherche actuelle n’appuie pas l’efficacité de ce genre de traitement de façon aussi importante que celle de la thérapie de GDH.

En dernier lieu, à l’instar de toute prestation de soins de santé, il est essentiel de consulter des professionnels possédant une formation et des qualifications adéquates. Les personnes intéressées peuvent contacter la Société canadienne de l’hypnose clinique (The Canadian Society of Clinical Hypnosis), une organisation professionnelle qui peut diriger les clients à des fournisseurs de soins de santé autorisés qui offrent l’hypnose clinique. Si une section de cette organisation n’existe pas dans votre province, vous pouvez consulter un professionnel dans votre communauté qui saura vous trouver un praticien réputé.

 

Voulez-vous en apprendre plus sur le SII?

Nous avons de nombreux articles connexes qui pourraient vous être utiles :


Douglas Ozier, Ph. D., Conseiller clinicien agréé
Publié pour la première fois dans le bulletin Du coeur au ventreMC numéro 181 – 2012
Photo : © Veer.com/NLshop
1. Wilson et al. Systematic review: the effectiveness of hypnotherapy in the management of irritable bowel syndrome. Alimentary Pharmacology & Therapeutics. 2006;24(5):769-80.
2. Whorwell PJ. Hypnotherapy-A wasted resource? Nature Review of Gastroenterology and Hepatology. 2012;9:12–13 .
3. Lindfors P et al. Effects of gut-directed hypnotherapy on IBS in different clinical settings-Results from two randomized, controlled trials. The American Journal of Gastroenterology. 2012;107:276-85.