Un supposé trouble gastro-intestinal appelé le « syndrome de l’intestin perméable » fait présentement l’objet de nombreux débats dans les communautés de santé naturelle et médicale. Certains praticiens de médecine complémentaire affirment que le syndrome de l’intestin perméable est un problème courant responsable de problèmes de santé chez de nombreuses personnes. Cependant, la plupart des médecins maintiennent que les recherches ne sont pas suffisantes pour prouver que le problème est légitime. Dans cet article, nous répondrons à certaines questions que vous pourriez avoir relativement au syndrome de l’intestin perméable et nous révèlerons certains des dangers associés au diagnostic et traitement d’une affection pour laquelle il n’existe aucune preuve médicale.

 

Un soupçon de vérité – la perméabilité intestinale

Pour diverses raisons, la structure physique des intestins est compromise chez certaines personnes. Les jonctions serrées qui contrôlent la nature des matières absorbées par l’intestin ne fonctionnent pas adéquatement, permettant à de plus grandes substances (qui sont quand même très petites) d’entrer dans la circulation sanguine. C’est ce que l’on appelle la perméabilité intestinale.

Les médecins constatent parfois une perméabilité intestinale accrue chez les personnes atteintes de la maladie de Crohn ou de la maladie cœliaque, chez celles qui suivent une chimiothérapie et chez celles prenant un apport élevé de substances nuisibles aux intestins telles que l’aspirine et l’alcool. Cependant, la perméabilité intestinale est un symptôme de ces troubles et non une cause; elle ne fait que provoquer l’inflammation des parois intestinales et n’est pas considérée comme étant le syndrome de l’intestin perméable. De plus, les recherches démontrent qu’une perméabilité intestinale accrue confère parfois des effets bénéfiques comme l’amélioration de l’absorption de l’eau et de nutriments, aussi bien que l’activation du système immunitaire.1

Le mythe : D’après les promoteurs du syndrome de l’intestin perméable, des bactéries et des toxines s’infiltrent dans la circulation sanguine à travers ces jonctions serrées qui sont défectueuses pour causer des perturbations importantes dans tout le corps, provoquant des ballonnements, des gaz, des crampes, la maladie inflammatoire de l’intestin (MII), aussi bien que la fatigue, des sensibilités alimentaires, des douleurs articulaires, des sautes d’humeur, l’irritabilité, l’insomnie, l’autisme et des problèmes de la peau comme l’eczéma et le psoriasis.

Réfuté : Cela n’est que de la spéculation puisqu’il n’existe pas d’études scientifiques pour valider quelconque de ces allégations. Il est extrêmement dangereux qu’un médecin qui est une personnalité de la télévision ou d’autres praticiens dignes de confiance établissent un diagnostic et traitent ce « syndrome » sans fondement.

 

La gamme des traitements suggérés vont de frauduleux à dangereux

Le mythe : De nombreuses “solutions” proposées par les promoteurs du syndrome de l’intestin perméable sont basées sur des régimes miracles qui déclarent que des aliments ordinaires peuvent occasionner des problèmes sérieux chez la plupart des gens. Par exemple, les promoteurs du syndrome de l’intestin perméable recommandent que les patients évitent tout aliment à teneur élevée en sucre (y compris les aliments transformés sucrés et les fruits frais), prétendant que le surplus de sucre entraîne une croissance excessive d’une souche précise de levure dans le tractus gastro-intestinal (GI) laquelle serait responsable des dommages subis par la paroi intestinale. De plus, ils affirment que des sensibilités (invérifiables) au gluten et au lactose endommagent les intestins et ils recommandent d’éviter tous les produits laitiers et tout ce qui contient du gluten.

Réfuté : Les fruits ne causeront pas les levures à s’attaquer à vos intestins. Quoiqu’un petit pourcentage de la population éprouve des symptômes liés à la consommation de gluten et de lactose, ces aliments ne causent aucun problème chez la plupart des gens. Suivre les conseils de ces praticiens est plus susceptible d’entraîner des carences alimentaires plutôt que d’améliorer les symptômes.

De nombreuses personnes des médias populaires amplifient le problème en appuyant cette affection non vérifiée et en essayant de vendre des produits spéciaux comme traitement contre le syndrome de l’intestin perméable. Elles offrent des traitements non prouvés pour une affection n’ayant aucun motif médical. En outre, puisque bon nombre de ces suppléments n’ont pas fait l’objet de recherches approfondies, ils risquent de vous coûter cher, de faire très peu pour réduire vos symptômes et même d’être dangereux.

Certains patients qui essayent ces méthodes prétendent se sentir mieux, et ce, très rapidement. L’on pourrait déclarer une amélioration des symptômes en raison de l’effet placebo ou à cause de véritables bienfaits pour la santé indirectement liés au traitement. Par exemple, en éliminant une catégorie entière d’aliments, tel que mentionné ci-haut, on est aussi susceptible d’éviter de nombreux aliments transformés (p. ex., crème glacée et pâtisseries) et les additifs qu’ils contiennent, tout en augmentant la consommation d’aliments entiers tels que les légumes et le riz, ce qui aidera normalement la plupart des gens à mieux se sentir. Cependant, l’amélioration des symptômes pourrait être temporaire et pourrait retarder le diagnostic de la cause réelle des symptômes, entraînant possiblement d’autres complications plus tard.

À moins d’être aux prises avec la maladie cœliaque, une allergie ou intolérance alimentaire, ou une autre affection qui requiert des changements alimentaires drastiques fondés sur des données vérifiées, vous ne devriez pas faire confiance à des praticiens qui vous disent d’éliminer plusieurs groupes alimentaires de votre régime, surtout s’il s’agit d’aliments santé tels que les fruits et les grains. Il faut aussi se méfier si l’on vous suggère que la seule façon de résoudre votre problème est de consommer des suppléments non testés et faisant l’objet d’une commercialisation excessive, même si l’on prétend qu’ils sont fabriqués à base d’herbes ou d’ingrédients naturels. Consultez un diététiste professionnel si vous avez des questions additionnelles au sujet de votre alimentation.

 

Utilisation des mauvais tests diagnostiques

Il existe un test pouvant dépister la perméabilité intestinale. Il fonctionne en mesurant les taux de deux sucres non digestibles, le mannitol et le lactose, dans l’urine. La plupart des médecins ne se servent pas de ce test et la recherche indique qu’il n’est pas tellement fiable. Comme nous l’avons déjà mentionné, il n’existe aucune preuve indiquant que la perméabilité intestinale entraîne quelconque maladie; méfiez-vous de toute personne vous disant le contraire. Des individus sans scrupules vont même jusqu’à vendre ce test en ligne aux consommateurs. L’utilisation de ce test pour diagnostiquer le syndrome de l’intestin perméable pourrait être comparée à l’utilisation d’un test que l’on achète pour déceler du sang dans les selles d’une personne atteinte de MII; un résultat positif servirait comme « preuve » que les selles sanglantes sont la cause d’une autre maladie mystérieuse, laquelle serait la cause de la MII. Nous savons déjà que les selles sanglantes sont un symptôme de la maladie de Crohn ou de la colite ulcéreuse, tout comme nous savons que la perméabilité intestinale est un symptôme de certaines maladies telles que la maladie de Crohn et la maladie cœliaque.

Les promoteurs du syndrome de l’intestin perméable sont aussi aptes à mal utiliser les tests servant à dépister des infections bactériennes, fongiques ou virales ou encore les tests qui mesurent la fonction immunitaire, dans le but de « diagnostiquer » l’affection en l’absence de preuves selon lesquelles les résultats sont liés de façon quelconque à ce « syndrome » sans fondement.

 

L’essentiel

Quoique vous entendiez dans les médias, ce qu’il faut retenir, c’est qu’il n’existe aucune recherche de qualité pour appuyer l’existence du « syndrome de l’intestin perméable ». La situation devient surtout dangereuse lorsque l’on considère que les symptômes associés à ce trouble se manifestent dans de nombreuses autres maladies; un diagnostic rapide du syndrome de l’intestin perméable est donc susceptible de laisser les patients sans traitement contre la maladie dont ils souffrent vraiment.

Beaucoup de gens veulent croire que le syndrome de l’intestin perméable est une maladie réelle parce qu’elle offrirait une réponse à bon nombre de leurs problèmes de santé. Lorsque l’on y réfléchit vraiment, un diagnostic qui explique l’arthrite, la MII, les problèmes de la peau, la fatigue et plus encore, semble fictif. Encore plus irréaliste est le fait que tous ces symptômes disparaîtront si le patient prend quelques suppléments et évite certains aliments nutritifs.

Il est important d’utiliser la pensée critique face à un diagnostic possible non fondé sur des preuves scientifiques. Il faut se demander pourquoi il n’existe pas d’études fiables présentant des preuves de l’existence du syndrome de l’intestin perméable (surtout puisqu’il touche supposément un si grand nombre de personnes), pourquoi l’on pose si rapidement un diagnostic d’un trouble non étudié et pourquoi la seule façon de « traiter » cette maladie est de prendre des suppléments dispendieux ou de modifier le régime alimentaire en éliminant de nombreux groupes alimentaires.

Un grand nombre de praticiens qui posent un diagnostic du syndrome de l’intestin perméable affirment que l’absence d’études adéquates ne veut pas dire qu’il n’existe pas. Quoique cela soit possible, le diagnostic et traitement d’une maladie pour laquelle nous ne possédons aucune preuve peut être dangereux. C’est pour cette raison que la communauté médicale utilise des tests rigoureux pour appuyer scientifiquement tout nouveau diagnostic, médicament ou plan de traitement avant de le recommander aux patients.

Si vous avez d’autres questions ou inquiétudes relatives au « syndrome de l’intestin perméable », parlez-en avec votre médecin ou votre gastro-entérologue. Quoiqu’un praticien ayant un plus faible niveau de scolarité puisse recommander des produits naturels pour complémenter le régime de traitement prescrit par votre médecin, il est de toute première importance de laisser le processus du diagnostic à des médecins ayant une formation en médecine, laquelle est appuyée par les meilleures recherches scientifiques et expériences cliniques.


Publié pour la première fois dans le bulletin Du couer au ventreMC numéro 187 – 2013
James R. Gray, M.D., CCMF, ABIM, FRCPC
Gastro-entérologue, Faculté de médecine,
Université de la Colombie-Britannique
1. Odenwald MA et al. Intestinal Permeability Defects: Is It Time to Treat? Clinical Gastroenterology and Hepatology. 2013;11:1075-83.